Finances personnelles

Riche, mais riche égal 

Photo: Métro

On a tous souhaité un jour être riche, mais vraiment riche. Mais, au fait, combien faut-il gagner pour être considéré comme riche au Québec? Et au Canada? 

Selon des données de Revenu Québec de 2018 citées par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), 7 008 Québécois ont déclaré des revenus allant de 500 000 $ à 999 999 $ et 3 587, des revenus supérieurs à 1M$. Ensemble, ces deux groupes représentent 0,2% des contribuables de la province. Ce sont notre «club du 1%» les plus riches, qui totalisent 10 595 personnes. 

Le cas d’Elon Musk 

Le 25 octobre dernier, vous vous en souvenez surement car les médias en ont beaucoup parlé, Elon Musk s’est enrichi de 36 G$ entre l’ouverture et la fermeture de la Bourse de New York.  

Ce lundi-là, un jour tout à fait ordinaire au demeurant, cofondateur et dirigeant de Tesla et de Space X, Elon Musk, s’est enrichi de 36,2 G$. La raison? Une grosse commande pour des véhicules électriques (100 000 unités, 4,2 G$), ce qui a poussé le titre de près de 13%. 

Pour donner une idée, disons que les revenus de Québecor ont été de 4,32 G$ en 2020. Donc, toute une journée pour M. Musk qui, de plus, a vendu 10% des actions du constructeur automobile qu’il possède, ramassant au passage quelques milliards additionnels. 

Difficile de concevoir une telle somme pour les salariés que nous sommes, qui travaillons à la petite semaine, peinant à économiser pour l’avenir de notre progéniture ou l’embellissement de notre retraite.  

On peut évaluer la richesse en fonction de ce que l’on possède, son patrimoine, ou de ce que l’on gagne, ses revenus, selon Oxfam, qui rappelle que «les 1% les plus riches de la planète possèdent près de la moitié des richesses mondiales».  

«Selon le récent palmarès du magazine Forbes, le Canada compterait 64 milliardaires en 2021, soit 10 de plus qu’il y a un an, expliquait l’économiste indépendant Ianik Martel dans une récente chronique publiée sur le site du journal Les Affaires. Notre pays arrive au huitième rang parmi ceux qui comptent le plus de milliardaires sur la planète. C’est tout de même inouï, pour un pays certes riche, mais si peu populeux en proportion.» 

Liste des 15 Québécois les plus riches 

  • 1. Emanuele (Lino) Saputo – 6,9 G$ 
  • 2. Famille Desmarais – 5,81 G$ 
  • 3. Alain Bouchard – 5,08 G$ 
  • 4. Jean Coutu – 3,39 G$ 
  • 6. Jacques D’Amours – 2,54 G$ 
  • 7. Famille Rossy – 2,52 G$ 
  • 8. Robert Miller – 2,42 G$ 
  • 9. Pierre Karl Péladeau – 2,42 G$ 
  • 10. Stephen Jarislowsky – 2,18 G$ 
  • 11. Philip Fayer – 2,06 G$ 
  • 12. Famille Kruger – 1,91 G$ 
  • 13. Famille Molson – 1,75 G$ 
  • 14. Guy Laliberté – 1,45 v 
  • 15. Sharon Azrieli – 1,33 G$ 

Source : Hardbacon 

Les ultras riches polluent davantage 

Les plus riches sont aussi les personnes qui contribuent le plus aux changements climatiques.  

Mais pourquoi?  

Parce que le style de vie de ces mondains les amène à beaucoup voyager, à détenir plusieurs résidences et voitures, à consommer des produits de luxe frais régulièrement, entre autres exemples. 

Cinquante-deux pour cent (52%) des émissions de CO2 émises entre 1990 et 2015 ont été le fait de seulement 10% des plus aisés d’entre nous. 

Prenons l’exemple des aventures spatiales de Richard Branson et de Jeff Bezos. «En 10 minutes, Jeff Bezos et ses trois co-équipiers ont émis 75 tonnes de C02 chacun, soit 20 fois les émissions carbone annuelles d’une personne. Dans le monde, 1 milliard de personnes n’atteignent pas ces niveaux d’émissions durant leur vie entière», rappelle Oxfam. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet