Bouffe

Les Lauriers de la gastronomie récompensent les meilleurs

Les Lauriers de la gastronomie récompensent les meilleurs
Photo: MétroLes Lauriers valorisent la gastronomie québécoise en récompensant les artisans de l'industrie.

Gastronomie. Le 29 avril dernier se tenait, à l’Arsenal, la deuxième édition du Gala des Lauriers de la gastronomie québécoise.

C’est devant un public hétéroclite issu de l’industrie alimentaire que Christian Bégin a animé la soirée. En tout, 17 Lauriers ont été remis aux artisans qui ont marqué la scène culinaire québécoise en 2018.

Un lauréat qui fait une différence
Dans la catégorie «Entreprise de l’année», c’est le programme Fourchette bleue, mené par Exploramer, qui a remporté la palme. Visant la saine gestion des ressources marines du Saint-Laurent, Fourchette bleue encourage les consommateurs et les gens de l’industrie alimentaire à intégrer les espèces comestibles du Saint-Laurent dans leurs assiettes. Par son initiative, Fourchette bleue favorise le développement durable et la protection de la biodiversité du Saint-Laurent, l’essor économique des régions côtières et la valorisation des pêcheries.

Les régions éloignées à l’honneur
Le Prix du tourisme gourmand a été remis aux Jardins de Métis. Ouverts au public depuis 1962, ces jardins sont situés sur la partie nord de la péninsule gaspésienne, à Grand-Métis. C’est au cours de l’été 1926 qu’Elsie Reford a entrepris de transformer son camp de pêche en jardins, qui sont connus comme étant les jardins les plus nordiques de l’Amérique du Nord. Alors que sa créatrice n’était guère une adepte du jardinage, elle a réussi à créer d’immenses jardins chatoyants dans des conditions atmosphériques difficiles. Au fil des années, les Jardins de Métis sont devenus un arrêt incontournable pour les amateurs de vie végétale, d’histoire et de gastronomie­.

Le Prix hommage 2019 a été décerné à Jean-Paul Grappe, chef cuisinier français amoureux du Québec, reconnu pour sa contribution à l’avancement de la gastronomie­ québécoise.

Une ferme qui fait l’unanimité
Lorsque les propriétaires de la fromagerie Au Gré des Champs, Suzanne Dufresne et Daniel Gosselin, sont montés sur scène chercher le Laurier de la catégorie «Producteur de l’année», la foule a clamé son approbation par des cris et des applaudissements tonitruants. Ces maîtres fromagers de Saint-Jean-sur-Richelieu­, en Montérégie, ne font pas que fabriquer des fromages artisanaux médaillés aux Caseus : ils élèvent les fournisseurs de leur matière première. Comptant 65 hectares de champs certifiés biologiques par Ecocert Canada et 30 vaches de race Suisse brune, la ferme Au Gré des Champs peut se targuer de pratiquer une agriculture et un élevage durables.

Des vins québécois
La catégorie «Artisan de l’année» a permis au public de découvrir un petit vignoble situé dans les Cantons-de-l’Est : Les Pervenches. Véritables pionniers de la culture de cépages européens au Québec, Michael Marler et Véronique Hupin ont fondé Les Pervenches en 1991 afin de produire en biodynamie des vins biologiques de grande qualité. Les trois hectares de terre sont certifiés biologiques depuis 2005, et ce, dans un souci de respect des ressources naturelles.

Quand l’Allemagne rencontre le Québec
Située dans le charmant village de Kamouraska, la Boulangerie Niemand a su se démarquer grâce à la méthode de planification allemande de son boulanger. Depuis 1995, l’artisan boulanger allemand Jochen Niemand et l’artiste peintre kamouraskoise Denise Pelletier confectionnent des pains au levain, pétris et façonnés à la main. Issu d’un grand-père meunier et d’un père boulanger, Jochen Niemand perpétue la passion du levain, de la pâte et de la farine de sa famille. N’utilisant que des grains de blé et de seigle de la région (moulus sur pierre dans son propre moulin) et des farines tamisées libres de polluants industriels, sans pesticides ni insecticides, la Boulangerie Niemand travaille les matières premières sobrement, en suivant le cycle des saisons et en encourageant les petits producteurs de la région.