Santé
05:00 22 octobre 2020 | mise à jour le: 27 novembre 2020 à 17:34 temps de lecture: 4 minutes

La demande augmente pour la vaccination contre la grippe

La demande augmente pour la vaccination contre la grippe
Photo: 123rf.comLes vaccins contre l'influenza seront administrés dès novembre.

Plus de vaccins contre l’influenza seront disponibles cette année au Québec, mais ils seront destinés en priorité aux personnes vulnérables. En contexte de pandémie, cependant, certains pharmaciens s’inquiètent de ne pouvoir subvenir à la demande.

Au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’île-de-Montréal, la campagne de vaccination a été lancée le 19 octobre. Les vaccins seront administrés dès novembre.

Contrairement aux années antérieures, l’objectif est de rejoindre avant tout les personnes correspondant à certains critères de vulnérabilité, explique Julie Provencher, directrice du programme jeunesse et activités de santé publique pour ce CIUSSS.

S’ils sont priorisés en raison de leur plus grand risque de développer des complications, le vaccin ne leur est pas exclusif. «Bien sûr, on ne refusera personne qui se présente cette année», précise-t-elle.

Mme Provencher rappelle que la vaccination contre l’influenza pourra contribuer à éviter l’engorgement des hôpitaux. La disponibilité de lits en milieu hospitalier est d’ailleurs un nerf de la guerre en contexte de pandémie.

Autre nouveauté cette année, la vaccination en CLSC devra obligatoirement passer par une prise de rendez-vous en ligne ou par téléphone. Des équipes mobiles se déplaceront également en résidences pour personnes âgées (RPA), CHSLD et dans les HLM pour aînés afin de vacciner les personnes vulnérables.

Plus de vaccins

Le CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal n’a pas été en mesure de préciser le nombre de vaccins à sa disposition cette année. Cependant, au Québec, le gouvernement a bonifié son offre vaccinale de 30%.

Comme la prise de rendez-vous en CLSC n’est possible que depuis le 19 octobre, Mme Provencher estimait qu’il était trop tôt au moment de l’entrevue pour évaluer si la campagne a eu bonne adhésion.

Elle espère d’ailleurs qu’il y ait un engouement cette année pour la vaccination chez les personnes à risque, qui sont en grand nombre dans l’est de Montréal.

À son avis, si le CIUSSS de l’Est fait des demandes supplémentaires de vaccins à Québec, il devrait trouver réponse.

«Ça ne nous est jamais arrivé d’en manquer. […] Je n’anticipe pas qu’on se fasse refuser de recevoir des vaccins», précise-t-elle.

Grande demande en pharmacie

Dans l’est de Montréal, la forte demande de vaccins en pharmacie de Montréal inquiète cependant certains pharmaciens.

«J’ai juste une crainte: est-ce que je vais avoir assez de vaccins pour tout le monde?», exprime Thina Nguyen, propriétaire de pharmacies situées à Pointe-aux-Trembles et à Montréal-Est.

En effet, la pharmacienne indique que 500 de ses clients ont déjà réservé des vaccins.

Même son de cloche chez une propriétaire d’une pharmacie d’Anjou. Depuis début octobre, elle a déjà réservé 100 rendez-vous pour la vaccination. Selon elle, plusieurs clients l’appelaient même dès cet été pour réserver leur dose.

«Si ça continue comme ça, à moins qu’il y ait plus des doses dans les pharmacies, on n’en aura pas assez», craint-elle.

Dans un Jean Coutu de l’est de Montréal, une employée indique pour sa part que la pharmacie ne donne plus de rendez-vous pour la grippe pour l’instant.

Bien qu’elle se réjouisse que les pharmaciens puissent contribuer pour une première année à l’effort de vaccination, Mme Nguyen précise d’ailleurs que la charge de travail est assez forte cette année.

En plus des efforts déployés pour rendre la clinique conforme aux normes sanitaires, elle participera également à la vaccination à domicile en RPA.

Elle croit d’ailleurs que le travail des pharmaciens est loin d’être terminé. Elle souligne qu’une seconde campagne de vaccination aura lieu, et ce, dès qu’un vaccin contre la COVID-19 sera disponible.

Articles similaires