Mobilité
18:00 3 juillet 2016 | mise à jour le: 3 juillet 2016 à 18:00 Temps de lecture: 3 minutes

Hyundai Elantra 2017: Tout pour mener le bal

Hyundai Elantra 2017: Tout pour mener le bal
Photo: Sylvain Raymond/Le Guide de l'auto

logo_guide-autoLa Hyundai Elantra en a fait du chemin ces dernières années, à tel point qu’elle se retrouve maintenant sur le podium des compactes les plus vendues au Canada, menaçant même de ravir le titre à la meneuse du peloton, la Honda Civic.

Afin de renforcer sa position et de lui donner des armes supplémentaires, Hyundai la propose pour 2017 en modèle de sixième génération avec encore plus d’arguments convaincants.

Revue de A à Z, l’Elantra 2017 profite d’un nouveau châssis appelé Super Structure. On a doublé l’utilisation d’acier rigide par rapport à 2016, ce qui augmente sa rigidité, son insonorisation et sa sécurité. On a également revu ses lignes en s’inspirant de celles de la dernière Sonata. À l’avant, on remarque la grille trapézoïdale typique des modèles récents et l’ajout d’une bande de DEL en guise de phares de jour.

Les changements apportés à l’habitacle sont tout aussi réussis. L’instrumentation, modernisée, est simple et efficace, mais c’est surtout la nouvelle disposition du tableau de bord que l’on apprécie. Un écran tactile permet de visualiser et de faire fonctionner la majeure partie des systèmes, alors qu’une bande comprenant les commandes les plus utiles (volume, changement de chaîne, source) est placée juste en dessous.

Nouveau moteur à cycle Atkinson
L’Elantra profite d’une toute nouvelle mécanique cette année, et elle est la première à accueillir le moteur quatre cylindres de 2,0 litres à cycle Atkinson. Le cycle Atkinson modifie la durée d’ouverture des soupapes et la manière dont le piston se déplace dans la chambre, créant une expansion supérieure tout en utilisant la même quantité de carburant. On obtient donc la puissance d’une cylindrée supérieure avec l’économie d’une mécanique plus modeste.

Le moteur développe 147 chevaux et un couple de 132 lb-pi. Le couple peut sembler bas, et c’est d’ailleurs le talon d’Achille de ce type de moteur. C’est pour cette raison qu’on l’utilisait à bord de voitures hybrides, car le moteur électrique permettait de pallier le couple réduit. Hyundai a tout de même réussi à minimiser le problème grâce à différentes technologies, dont l’injection multipoints. On verra de plus en plus ce type de moteur à l’avenir.

La bonne nouvelle, c’est qu’on lui a greffé une boîte automatique à six rapports, beaucoup plus agréable que celles de type CVT. Seule la livrée de base peut recevoir une boîte manuelle, une «espèce» en voie de disparition. Sur la route, la puissance est décente et on a réussi à alléger la voiture malgré l’augmentation des dimensions. Le moteur a fort à faire, mais la boîte automatique exploite bien la puissance disponible. C’est surtout au chapitre de la consommation de carburant que cette nouvelle mécanique est payante.

Fiche d’appréciation

  • Consommation : 4/5 – Plusieurs innovations améliorent sa consommation.
  • Conduite : 4/5 – Plus dynamique, mais davantage de puissance serait intéressant!
  • Performances : 4/5 – Plus emballantes que dans le passé.
  • Multimédia : 4/5 – Plusieurs technologies offertes de série.
  • Confort : 3,5/5 – Meilleur que celui de l’ancienne génération.
  • Note générale : 4,5/5 – Elle chauffe les fesses à la Honda Civic!

Articles similaires