Sports

Stroll pousse à fond mais sans grand succès

Stroll pousse à fond mais sans grand succès
Photo: Ryan Remiorz / La Presse CanadienneRyan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Depuis ses débuts en course automobile, Lance Stroll a souvent connu le succès rapidement dans les différents championnats qu’il a disputés. Et après des débuts prometteurs en Formule 1 chez Williams en 2017, il connaît jusqu’ici une deuxième saison plutôt frustrante.

Au volant d’une monoplace qui ne lui permet pas de rivaliser avec le reste du plateau cette saison, le jeune pilote de 19 ans assure pourtant qu’il n’a rien perdu de sa motivation.

Et il en aura bien besoin devant son public, dimanche, alors qu’il prendra le départ du Grand Prix du Canada de la 17e place sur la grille de départ.

«Je comprends très bien la situation que nous vivons avec la voiture et l’équipe. Mais je vous assure que ça ne change rien à mon approche. Je fais tout ce que je peux à chaque fois que je monte dans la voiture», a-t-il confié d’un ton posé en fin d’après-midi dans la tente hospitalité de l’équipe.

«On verra quand il y a aura des améliorations à la voiture, les possibilités de résultats reviendront.»

Pour la cinquième fois cette saison, Stroll prendra le départ d’un Grand Prix en fond de grille. Le jeune homme de Mont-Tremblant n’a pas réussi à franchir la première phase des qualifications, samedi après-midi, sur le circuit Gilles-Villeneuve.

Peu de progrès

Stroll n’a pourtant pas ménagé ses efforts. Dans une ultime tentative pour réaliser un chrono suffisant pour lui donner accès à Q2, Stroll a abordé la dernière chicane trop vite et il a été obligé de la court-circuiter.

«J’ai bloqué mon pneu avant dans la chicane à mon dernier tour, a-t-il expliqué. Et même si j’étais plus rapide de deux dixièmes et demi qu’à mon premier tour rapide (1:13,590), il me manquait encore trois ou quatre dixièmes pour avancer en Q2.»

Stroll partira donc de la même position sur la grille que l’an dernier, mais on lui a rappelé qu’il avait néanmoins terminé la course au 9e rang, récoltant ses premiers points au championnat.

«Ici à Montréal, plein de choses peuvent arriver en course. Nous l’avons déjà vu par le passé. Comme d’habitude, je vais essayer de faire le meilleur départ possible. Et après ça, c’est très long comme course», a convenu le pilote, rappelant que le circuit montréalais permet des dépassements.

Son défi est toutefois plus grand puisque sa Williams n’est pas aussi rapide que l’an dernier en lignes droites.

«Je crois que j’ai réussi le même temps que Felipe (Massa, son coéquipier l’an dernier) en Q1 l’an passé. Cela veut dire que nous n’avons pas progressé comme nous aurions dû pour être assez compétitifs par rapport aux autres. Et nous avons vécu cette situation plusieurs fois cette année.»

Il a toutefois noté que la voiture était plus compétitive que la veille en essais libres.

Depuis le début de la saison, Stroll n’est parvenu que deux fois à prendre part à Q2. À Bakou, fin avril, il avait connu l’un de ses très rares moments encourageants en se qualifiant 10e et terminant la course au 8e rang, procurant les seuls points de son écurie au championnat des constructeurs cette année.

Stroll occupe présentement le 16e rang au championnat des pilotes avec quatre points.