Sports

Un dernier miracle pour sauver l'Impact

Alexis Bélanger-Champagne, La Presse canadienne - La Presse Canadienne

MONTRÉAL — L’Impact espérera vivre une finale hollywoodienne à sa campagne le week-end prochain et se faufiler dans les éliminatoires de la MLS.

Après une première moitié de campagne misérable, la formation montréalaise a connu un redressement au cours de l’été. La troupe de Rémi Garde a présenté un dossier de 6-11-0 lors de ses 17 premiers matchs en MLS, avant de renverser la vapeur avec une fiche de 8-4-4 depuis la mi-campagne.

«Je préfère ce scénario, en commençant la saison avec un creux de vague avant de voir le niveau de jeu augmenter, à celui inverse, a dit Garde après la victoire de 2-0 de l’Impact contre le Toronto FC, dimanche, qui permettait à sa troupe de conserver des chances de participer aux éliminatoires. Nous avons maintenant l’occasion d’arriver en éliminatoires avec le vent dans les voiles, mais nous devons d’abord gagner un match de plus.»

Si l’Impact parvient à se qualifier le week-end prochain, ce sera parce qu’il aura vaincu le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, à Foxborough, et que le Crew de Columbus aura perdu ou fait match nul devant ses partisans contre le Minnesota United. Selon le site spécialisé Sports Club Stats, il s’agit d’un scénario qui a seulement 10,1 pour cent des chances de se produire.

Les joueurs de l’Impact seront toutefois gonflés à bloc, souhaitant profiter de cette dernière occasion au cours d’une saison riche en rebondissements.

«Nous jouons bien depuis plusieurs mois, même s’il y a eu quelques mauvais résultats en cours de chemin, a rappelé le gardien Evan Bush. Il y a quelque chose de spécial qui s’est développé au sein de l’équipe et j’espère que nous allons être en mesure de prolonger la saison encore un peu.»

Ce qui semble avoir mené à ce déblocage en cours de campagne chez l’Impact est un changement de mentalité opéré par Garde, qui a su engager tous ses joueurs dans la cause de l’équipe.

«Je pense que c’est le fait de se connaître mieux en tant que personne et pas seulement comme footballeur, a expliqué le milieu de terrain Samuel Piette. Au début, nous n’avions pas nécessairement tous les mêmes objectifs. Je ne veux pas dire que c’était une question d’ego, mais il y en avait qui pensait plus à leur personne. Maintenant, la recette est de travailler en équipe et nous sommes tous sur la même longueur d’onde.»

Avec cette formule, l’Impact a fait le nécessaire pour revenir dans la course. Les joueurs répètent depuis le début du mois de septembre que chaque match est une finale. Ce ne sera jamais plus vrai en saison régulière que dimanche prochain en Nouvelle-Angleterre.

«Le mode ‘playoffs’ est enclenché depuis un certain temps, a rappelé Garde. Nous sommes contents de continuer notre route jusqu’au dernier match. C’est déjà quelque chose de positif.»

Articles récents du même sujet