Sports

Danault: «il faut croire en notre système»

Danault: «il faut croire en notre système»
Photo: Graham HughesGraham Hughes / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Une question qui revenait en début de saison était celle concernant la probabilité de voir le Canadien jouer avec la même énergie tout au long de la saison.

Un style rapide et une volonté de ne jamais baisser les bras ont fait la force de la formation montréalaise lors de la première moitié de la campagne. Mais voilà que l’équipe a un peu plus de difficultés à marquer depuis le début de la nouvelle année. Les particularités du calendrier n’aident pas non plus les joueurs à jouer avec la même énergie chaque soir.

L’offensive a été plutôt discrète lors des six dernières rencontres, alors qu’elle a généré 10 buts, incluant celui de Jordie Benn dans un filet désert samedi soir dans un gain de 3-0 contre l’Avalanche du Colorado. Cette victoire a conclu une semaine au cours de laquelle le Canadien n’a pas souvent affiché son plus beau visage, particulièrement jeudi, dans un revers de 4-1 face aux Blues, à St. Louis.

Alors que Claude Julien répète depuis quelques semaines que le jeu se resserre en deuxième moitié de saison, sera-t-il plus difficile pour le Canadien de continuer à afficher la même fougue que lors de la première portion du calendrier?

«C’est une bonne question, mais ça ne peut pas nous servir d’excuse, a répondu Phillip Danault après la victoire contre l’Avalanche. Il faut continuer à jouer avec énergie et croire en notre système. Le personnel essaie de s’assurer que nous ayons beaucoup d’énergie. Les journées de repos seront très importantes.»

Même si les chances de marquer n’ont pas été nombreuses lors des deux premières périodes contre l’Avalanche, le capitaine Shea Weber ne croyait pas que c’était le résultat d’un manque d’énergie de la part du Tricolore. Il était même satisfait de l’effort fourni par l’équipe lors de ce duel au terme d’une semaine de quatre matchs en six jours, incluant des déplacements vers Detroit et St. Louis.

«Je crois que nous avons joué avec énergie et c’est ce que nous devons faire chaque soir, a-t-il rappelé. C’est pour cette raison que nous avons eu du succès en première moitié de saison. Quand nous jouons avec énergie, nous nous donnons chaque fois une chance de gagner.

«Il y a de moins en moins d’espace sur la patinoire, a-t-il ajouté au sujet du jeu en deuxième moitié de campagne. Et le jeu sera encore plus fermé lors des séries.»

Jesperi Kotkaniemi a profité de la visite de l’Avalanche pour marquer un premier but en 13 rencontres. Le Finlandais âgé de 18 ans s’est fait plus discret sur la patinoire depuis quelques semaines. La deuxième moitié de saison représentera un tout nouveau défi pour lui qui n’a jamais connu une saison de 82 rencontres.

«C’est nouveau pour moi, mais j’essaie de profiter de chaque journée et d’offrir le meilleur de moi-même», a dit Kotkaniemi.

«Même s’il a marqué un gros but (contre l’Avalanche), il a aussi eu des présences plus difficiles, a analysé Julien. C’est ça la deuxième moitié de saison. Mais il est un jeune joueur qui apprend rapidement. On l’avait vu entre le camp des recrues et le camp d’entraînement de l’équipe. Il y avait eu une progression. Je crois que ce sera la même chose avec la deuxième moitié de saison. Je crois qu’il va rapidement voir comment le jeu change et comment il devra s’ajuster de ce côté-là.»

Si Kotkaniemi est en mesure d’augmenter sa contribution offensive, cela pourrait enlever un peu de poids sur les épaules de Max Domi, qui n’a pas touché la cible à ses 16 dernières sorties, et de Jonathan Drouin, auteur de six points à ses 13 derniers matchs.

Le calendrier ne fera pas de grâces au Canadien lors de la prochaine semaine. La troupe de Claude Julien sera à Boston lundi pour y affronter les Bruins avant de revenir à Montréal pour accueillir les Panthers de la Floride mardi. Le manège se répétera vendredi et samedi, avec d’abord un duel face aux Blue Jackets à Columbus, puis un autre contre les Flyers de Philadelphie le lendemain au Centre Bell.