Sports

Trotz entame un virage chez les Islanders

Trotz entame un virage chez les Islanders
Photo by: Getty Images

Barry Trotz n’a pas levé les yeux vers le plafond de l’amphithéâtre pour observer la bannière.

De retour à Washington, il n’a jamais jeté un regard vers la bannière de championnat qui surplombe la patinoire des Capitals. Lorsqu’il s’est tourné vers le drapeau américain pour l’hymne national, Trotz a cependant reconnu qu’il avait vu les grosses lettres blanches qui ornent la bannière rouge: «CHAMPIONS DE LA COUPE STANLEY 2018», à côté du logo des Capitals.

Lorsque l’hymne national s’est terminé, il a repris sa place derrière le banc des visiteurs avec un objectif en tête, c’est-à-dire d’offrir une autre bannière de championnat — à New York.

Après avoir contribué à la première conquête de la coupe Stanley des Capitals, Trotz a entrepris un changement de culture à sa première saison derrière le banc des Islanders, dans l’espoir de relancer l’organisation moribonde. En imposant la même discipline et la même structure de jeu qu’à Washington, Trotz a propulsé les Islanders au premier rang de leur section à la mi-saison dans la LNH pour la deuxième fois seulement au cours des 28 dernières saisons.

«C’est très semblable à ma première année (à Washington), a convenu Trotz. Nous bâtissions quelque chose. Nous avons commencé par la structure, en tentant de profiter de chaque occasion, avons implanté le principe de responsabilité, notre style de jeu, notre professionnalisme — toutes ces choses qui permettent à un athlète d’être professionnel, tant sur la patinoire qu’à l’extérieur de celle-ci. Ils ont acheté ce système et ont conquis la coupe Stanley, alors qu’ici nous en sommes encore aux premiers balbutiements.»

Trotz, modeste dans l’âme, considère les Islanders comme étant «un projet». Mais bien des choses fonctionnent pour eux.

Ils ont remporté 12 de leurs 15 derniers matchs. Avant les matches de mardi, leurs gardiens dominent la ligue avec un taux d’efficacité de 92,0 pour cent, après s’être classés au 28e rang la saison dernière. Ils ont aussi concédé le moins de buts dans le circuit Bettman, après avoir été la pire formation de la LNH à ce chapitre l’an dernier.

Tout ça, après que le joueur étoile John Tavares eut quitté afin de se joindre aux Maple Leafs de Toronto l’été dernier. Les Islanders devaient connaître une saison de misère, c’est le moins qu’on puisse dire.

Ils ont plutôt connu leur part de succès.

«Je crois que plusieurs de nos joueurs ont considéré ça comme une insulte, car beaucoup de gens disaient que nous allions être la pire équipe de la ligue après son départ, a commenté l’ailier Matt Martin. (Trotz) tire le meilleur de ses joueurs… Il donne un rôle à chaque joueur, tout le monde a le même temps de jeu chaque soir, et tout le monde obtient une véritable opportunité de se faire valoir. Comme joueur, quand tu obtiens ce genre d’occasion, alors tu as l’impression d’être impliqué, de faire partie de l’équipe.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *