Sports

Le trio de l’heure

Le trio de l’heure
Photo: Archives Métro

Il faut féliciter Michel Therrien. Après tout, c’est lui qui a formé le trio qui pourrait être l’arme offensive la plus intéressante du Canadien cette saison.

Quand il a jumelé Lars Eller à Alex Galchenyuk et à Alexander Semin, il a créé un trio qui compte une surabondance de talent, de gabarit et de chimie. De surcroît, ces trois joueurs sont capables de réussir des entrées de zone en ayant le contrôle de la rondelle, un aspect du jeu où le Canadien a eu très peu de succès depuis quelques années.

Il reste à voir si Eller s’acclimatera au jeu à l’aile gauche et si Semin rebondira après une saison difficile avec les Hurricanes de la Caroline, mais ce trio a le talent pour nous émerveiller.

Même si Semin a ralenti sur le plan de la production offensive au cours des dernières années, il peut encore être la bougie d’allumage si nécessaire à l’attaque lamentable du Tricolore. Il pourrait également être un atout précieux en avantage numérique, lui qui a récolté 165 points en pareille circonstance durant sa carrière.

Pour que le trio réussisse, Therrien devra accepter que ses membres commettent quelques erreurs, y compris celle de perde la rondelle dans des situations imprévues. C’est normal que des joueurs créatifs perdent parfois le contrôle du disque, et c’est totalement acceptable tant que le trio fait plus de bien que de mal. Eller, Galchenyuk et Semin ne seront probablement pas des piliers défensifs, mais l’abondance de buts devrait rendre ces défaillances occasionnelles plus faciles à digérer.

Si on se fit à leur production moyenne au cours des trois dernières saisons, on peut s’attendre à plus de 50 buts de la part de ce trio.

graphique hockey

Cela est une estimation très conservatrice, puisque Eller et Galchenyuk s’améliorent encore, et que Semin aura amplement de chances de faire mieux que lors des saisons précédentes.

Puisque chaque joueur au sein du trio a le potentiel de marquer plus de 20 buts cette saison s’il demeure en santé, on peut s’attendre à du jeu incroyablement excitant de la part du Tricolore.

Il est aussi important de noter qu’avec le trio de Max Pacioretty, de Tomas Plekanec et de Brendan Gallagher, Therrien a maintenant deux unités très puissantes à sa disposition.

De plus, le trio de David Desharnais, de Tomas Fleischmann et de Dale Weise pourra prendre le relais quand la situation l’exigera.

Bref, pour la première fois depuis plusieurs saisons, sur papier du moins, l’attaque du Canadien semble être en mesure de faire un Dollard des Ormeaux d’elle-même et de tenir le fort si jamais Carey Price vacille.

Évidemment, maintenant qu’Eller et Plekanec ne sont plus cantonnés dans des rôles défensifs, ces responsabilités devront être partagées par tous les membres des trois premiers trios plutôt que d’être un fardeau que la troisième unité d’attaque doit assumer seule.

Le cas de Therrien
Il ne faut pas oublier que Michel Therrien, même s’il est souvent critiqué, a permis au Canadien d’enregistrer une fiche de 125 victoires, 64 revers en temps régulier et 23 revers en temps supplémentaire depuis qu’il a accepté le poste d’entraîneur-chef, il y a trois ans.

Son équipe a fini deuxième, neuvième et quatrième au classement général au cours des trois dernières années. Les résultats en saison régulière sont encourageants.

Mais, heureusement pour lui, beaucoup des lacunes de l’équipe sont masquées par les performances sensationnelles d’un certain Carey Price, soir après soir. En fait, sans Price, le CH aurait du mal à atteindre les séries.

Therrien n’a pas à s’excuser d’avoir le meilleur gardien de but au monde, mais si on est honnête, ses stratégies laissent souvent à désirer.

Il est frustrant de voir des défenseurs mobiles comme ceux du Canadien évoluer dans un système où ils doivent dégager la rondelle à l’aveugle à chaque occasion, ce qui entraîne généralement la perte de la rondelle. Un cadeau à l’équipe adverse presque à chaque fois.

Si Therrien retourne à ses stratégies de coaching de 2012-2013, alors qu’il mettait l’accent sur la possession de la rondelle, les Glorieux peuvent devenir de sérieux aspirants à la Coupe Stanley.