Uncategorized
16:38 17 août 2017 | mise à jour le: 18 août 2017 à 11:40 Temps de lecture: 4 minutes

Rentrée scolaire: le nombre d’élèves toujours en hausse à Montréal

Rentrée scolaire: le nombre d’élèves toujours en hausse à Montréal
Photo: Getty Images

Les naissances et l’immigration font monter en flèche la croissance démographique dans les écoles de la métropole. Les trois commissions scolaires montréalaises francophones accueilleront au cours de la prochaine année, un peu plus de 4000 nouveaux élèves dans leurs établissements.

Dans l’est de Montréal, les secteurs chauds sont Saint-Léonard et Anjou. Pointe-aux-Trembles et Rivière-des-Prairies commencent également à ressentir une augmentation de la clientèle.

Quatre établissements seront agrandis, dont le Centre Ferland, les écoles Jean-Nicolet, Sainte-Colette Annexe et Montmartre, pour faire face à la croissance du nombre d’élèves.

Au cours des cinq prochaines années, la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ) s’attend à connaître une augmentation moyenne de 700 élèves par année, un contexte qui nécessitera de nouvelles constructions d’écoles.

«Pour éviter un surpeuplement nuisible à la réussite scolaire, il faut maintenant envisager la construction de nouveaux établissements», disait en juin dernier le président de la CSPÎ, Miville Boudreault.

À l’époque, il mentionnait que «c’est aux municipalités de fournir les terrains pour la construction d’écoles et que sur ce plan, il attendait toujours les propositions de la part des autorités municipales montréalaises».

Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys
Sur le territoire de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), les hausses se font surtout sentir du côté de Verdun et de Pierrefonds, où deux nouvelles écoles ouvriront leurs portes pour la prochaine rentrée scolaire. Cinq autres écoles de la CSMB sont en cours d’agrandissement.

Des projets de construction sont prévus à LaSalle et à Outremont. Ces nouveaux établissements scolaires devraient voir le jour pour 2018 et 2019, respectivement.

Le boom immobilier à Saint-Laurent, où plusieurs tours d’habitation sont en construction, en fait aussi un secteur à surveiller.

«Depuis cinq ans, le nombre d’élèves augmente d’année en année. On parle d’un contexte d’hypercroissance. L’an dernier, nous accueillions quelque 55 000 élèves et ce nombre devrait encore être à la hausse cette année, selon les inscriptions reçues jusqu’à maintenant et qui continuent d’évoluer», indique Gina Guillemette, porte-parole de la CSMB.

Plus de 2000 nouveaux élèves se sont inscrits et à la fin du processus, ce nombre devrait être d’environ 2300.

Commission scolaire de Montréal
À l’instar de ses collègues de la Pointe-de-l’Île et de Marguerite-Bourgeoys, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) remarque également une augmentation de son nombre d’inscriptions pour la rentrée 2017-2018.

Au total, près de 1000 élèves de plus feront leur entrée sur les bancs d’école de la CSDM pour un total de plus de 72 000 élèves, faisant de la CSDM la plus grosse commission scolaire au Québec.

Les budgets accordés par le ministère de l’Éducation, qui se situent entre 45 et 60M$ annuellement, lui permettent de réaliser cinq à six projets d’agrandissement ou de construction chaque année pour l’ensemble de son territoire.

Des interventions qui répondent aux besoins les plus pressants.

«Nous aurons de nouvelles représentations à faire auprès des gens du ministère pour doubler le budget accordé si nous voulons être en mesure de faire face à l’augmentation du nombre d’élèves prévue pour les cinq prochaines années», nuance Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM.

Par exemple, seulement dans le secteur de Tétreaultville dans l’est de Montréal, malgré les projets en cours, la CSDM évalue qu’il manquera environ 35 locaux d’ici 2021-2022, ce qui représente une école de taille moyenne et une autre de petite taille.

Tous les secteurs de la CSDM connaissent une hausse du nombre d’élèves. Ceux dont l’augmentation est toutefois moindre se trouvent dans Hochelaga-Maisonneuve, Centre-Sud et le Sud-Ouest.

Quant aux souhaits du maire Coderre de construire cinq nouvelles écoles au centre-ville, Mme Harel-Bourdon réagit positivement.

Elle se questionne toutefois sur les chiffres avancés par le maire Coderre puisqu’il y a très peu de terrains disponibles au centre-ville.

«Il est important d’avoir un centre-ville vivant avec des familles qui y habitent. Nous ne sommes pas contre ça. La construction des écoles demeure une responsabilité des commissions scolaires.»

La présidente s’attend à une rentrée scolaire 2017-2018 bien chargée.

Articles similaires