National

Le taux de survie des cancers augmente au Canada

Le taux de survie des cancers augmente au Canada
Photo: iStock

Le cancer est la première cause de mortalité au pays, 30 % des décès étant liés au cancer. Mais selon de nouvelles statistiques dévoilées par la Société canadienne du cancer, le taux de survie a augmenté depuis les dernières années au Canada.

«C’est une maladie qui est maintenant une maladie chronique et non plus toujours une maladie mortelle», indique le porte-parole de Société canadienne du cancer André Beaulieu.

Dans un rapport publié ce mercredi, l’organisme révèle que le taux de survie globale au cancer a augmenté de 8% depuis les années 1990. Le taux de survie au cancer après 5 ans est maintenant de 63%, alors qu’il était de 55% au début des années 1990.

Selon le rapport, il y a maintenant une baisse du taux de mortalité pour plusieurs cancers, dont celui du sein (diminution de près de 50% depuis 1986) et du poumon (taux de survie à 19% en 2019 au contre 13% en 2013).

Selon le Dr Jean-Sébastien Delisle, hémato-oncologue et chercheur au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, la régression du cancer du poumon est directement en lien avec les campagnes de cessation de tabac à partir des années 1990. Il estime aussi que les campagnes de dépistage précoce du cancer du sein ont contribué à l’augmentation du taux de survie.

Le rapport indique aussi que le taux de survie aux cancers du sang a davantage augmenté que pour tout autre type de cancer depuis les années 1990. L’hémato-oncologue estime que cela est lié aux nouveaux traitements disponibles.

«Ça devient maintenant incontestable que les nouveaux traitements pour les cancers du sang diminuent le taux de mortalité», ajoute-t-il.

Pancréas: troisième cause de mortalité par cancer au Canada

Le cancer du pancréas, l’un des cancers les plus difficiles à traiter, deviendra la troisième cause de mortalité par cancer au Canada en 2019, selon l’étude. Seulement 8% des patients arrivent à survivre.

Selon la Société canadienne du cancer, il s’agit du cancer qui a le pire taux de survie. Le porte-parole André Beaulieu estime que le monde de la recherche devrait davantage s’investir pour améliorer la survie de ce cancer.

Cancer: investir dans la prévention et la recherche

Questionné à l’effet que certains patients canadiens se rendent aux États-Unis pour recevoir des traitements de fine-pointe, le docteur Deslile pense que le gouvernement canadien n’investit pas au même titre que certains milieux américains.

«Notre système souffre aux deux extrêmes, il n’y a pas assez de ressources de prévention et on souffre aussi dans l’implantation de thérapies de pointe», martèle-t-il.

Il soutient cependant que le Québec reste très innovant dans le domaine compte tenu de sa population.