Actualités

Priorité à l’éducation pour les députées Christine St-Pierre et Marwah Rizqy

Priorité à l’éducation pour les députées Christine St-Pierre et Marwah Rizqy
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News/Archives

Les députées provinciales de Saint-Laurent et l’Acadie retiennent de 2018 la vente du couvent des Sœurs de Sainte-Croix à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB). Alors que le territoire fait face à un manque d’espace pour ses élèves, les libérales Marwah Rizqy et Christine St-Pierre continueront de plancher sur ce sujet ainsi que d’autres.

Christine St-Pierre
La députée de l’Acadie qualifie de «deuil» la défaite du Parti libéral du Québec au dernier scrutin, même si les électeurs lui ont accordé sa confiance pour un cinquième mandat consécutif.

Face au gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ), le principal enjeu de la prochaine année de Mme St-Pierre est de faire respecter les chartes des droits et libertés.

«Je vais également travailler fort pour le gouvernement fasse appliquer le registre d’immatriculation des armes à feu, car il en va de sauver des vies, souligne l’élue. Les groupes de femmes, qui travaillent sur la violence conjugale, et les policiers eux-mêmes demandent cet outil de travail.»

Avec le manque d’espace dans les écoles et la pénurie d’enseignants dans sa circonscription, l’éducation est au cœur de ses projets. Si elle félicite l’objectif du ministre Jean-François Roberge de réduire les délais pour la construction d’établissements, elle demeure prudente.

«Il faut maintenant que les bottines suivent les babines, parce qu’il y en a sur sa planche à dessin. Il veut abolir les commissions scolaires, créer des maternelles 4 ans, chambarder le système de taxation, mais il devrait se concentrer sur l’aménagement d’espaces et la pénurie d’enseignants», précise la députée.

Elle souhaite aussi obtenir un financement pérenne pour la Maison des familles de Saint-Laurent.

Alors que sa circonscription reçoit beaucoup d’immigrants et de réfugiés, Mme St-Pierre aimerait créer des conditions gagnantes pour qu’ils aillent s’installer en région.

«Le principal défi est de voir qu’il y a du chômage dans notre secteur alors qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre importante à l’extérieur de Montréal. On devrait faire des mini salons de l’emploi dans Saint-Laurent», précise-t-elle.

En raison de la pénurie d’enseignants, elle inclurait également cette profession dans les critères prioritaires à l’acceptation des immigrants.

Un mot, un projet en 2019

    • Éducation: Manque d’espace
    • Économie: Santé économique
    • Environnement: Ouvrir les yeux du gouvernement du Legault sur la question de l’électrification des transports notamment
    • Aînés: Solitude, il faut sensibiliser les gens à ne pas laisser les aînés dans la solitude
    • Santé: Poursuivre l’accès aux médecins de famille et services de première ligne

 

Marwah Rizqy
Succédant à Jean-Marc Fournier dans Saint-Laurent, Mme Rizqy retient qu’une femme a pour la première fois été élue dans cette circonscription acquise aux libéraux. Partager son local de campagne avec la candidate de l’Acadie fut également une nouveauté.

«Le résultat national ne doit pas être vu comme la fin de quelque chose, indique Mme Rizqy. Nous devons faire des consultations pour relancer le parti.»

Sur sa table, la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation et d’enseignement supérieur travaillera sur le dossier de l’école secondaire à Saint-Laurent.

«Les jeunes doivent avoir de meilleures installations et le désir d’aller plus loin, confie-t-elle. Il y a un écart troublant entre le public et le privé notamment.»

L’annonce de la CSMB concernant l’achat du couvent répondra à une clientèle en augmentation, composée de jeunes familles avec des enfants, selon elle.

Pour le domaine de la santé, elle souhaite un hôpital du Sacré-Cœur comme neuf pour son centenaire, en 2026.

Mme Rizqy observe la vitalité économique de Saint-Laurent, où elle constate que plusieurs entreprises s’agrandissent et embauchent.

Un défi du secteur concerne néanmoins le transport. «Il faut être capable d’attirer des travailleurs, mais aussi de les garder. Les milléniaux préfèrent le transport en commun et il y a beaucoup de perte de temps dans les trajets entre le travail et la maison», rappelle-t-elle.

Elle fait du prolongement des lignes orange et bleue du métro une de ses priorités.

Un mot, un projet en 2019

  • Éducation: Plus de place
  • Économie: Équitable pour tous
  • Environnement: Transports en commun
  • Aînés: Sécurité financière, lutte contre l’isolement
  • Santé: Santé mentale

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *