Actualités

La circulation routière jugée dangereuse à proximité d’une garderie

La circulation routière jugée dangereuse à proximité d’une garderie
Photo: Quentin Parisis Informateur RDP

Le va-et-vient incessant des camions et une signalisation jugée défaillante rendraient la circulation dangereuse à proximité de la garderie Pour l’Amour des Enfants, à Rivière-des-Prairies. La directrice, la propriétaire et une mère de famille tirent la sonnette d’alarme après un nouvel accident de la circulation.

L’accident de la route subi à l’angle de la 7eme rue et du boulevard de Rivière-des-Prairies par Franca Farella, une mère de famille, a été celui de trop.

Il a convaincu Franca Farella et les dirigeantes de la garderie Pour l’Amour des Enfants, qui s’occupe de 80 bambins, de passer à l’action en faisant une demande de transformation de la signalisation.

Elles militent pour l’ajout d’un panneau d’arrêt ou d’un feu de circulation dans ce secteur achalandé.

Elda Ruffolo, directrice de la garderie située dans une vaste zone industrielle,  juge que la situation est en effet très préoccupante, car «c’est un endroit où il y a une forte circulation de camions de 18 roues, qui bouchent la vue aux automobilistes».

«Ce n’est pas seulement pour les enfants et leurs parents, mais aussi pour l’ensemble des usagers qui doivent faire face à cette situation», explique la propriétaire de la garderie, Lori Primiani.

Un choc évitable?

Franca Farrella est encore sous le choc plusieurs jours après son accident. Un camion  lui a fait signe d’avancer, mais une voiture est arrivée de l’autre côté, sans qu’elle puisse la voir.

«Ça a été un gros choc mais, par chance, ma fille n’était plus dans l’auto», explique-t-elle.

Franca Farella dit avoir été hospitalisée pour réaliser des examens mais elle est finalement sortie indemne de son accident, au contraire de son véhicule, devenu hors d’usage.

À en croire Madame Ruffolo, cette situation aurait pu être évitée.

«Nous avons fait une demande pour un stop ou un feu de circulation en mai 2013, mais on nous a répondu que ce n’était pas possible à cause du bruit et de la pollution que ça provoquerait. On est pourtant dans une zone industrielle, non habitée, ça ne dérangerait personne et ça assurerait la sécurité de tous», assure-t-elle.

Elda Ruffolo assure avoir entendu plusieurs fois parler d’accidents sur ce carrefour, ce que confirme en partie le  commandant Marin, du poste 45 du SPVM.

«Il y a eu six accidents répertoriés à cet endroit lors des cinq dernières années», reconnait le commandant, mais il ajoute qu’ils «ont tous été causés en raison de l’inattention des conducteurs». La signalisation ne serait donc pas en cause de son point de vue.

Il n’empêche, le sentiment d’insécurité règne à cette intersection, mais Elda Ruffolo assure qu’elle ne parvient pas à se faire entendre.

«On s’est battu longtemps pour avoir un débarcadère», s’insurge-t-elle. «Ils nous en ont installé un en 2013, mais il n’était pas spécifié que c’était pour la garderie, donc tout le monde pouvait s’arrêter. Il a fallu attendre plus de cinq ans pour avoir la mention « garderie », que nous avons obtenu l’an passé». Une pétition a aussi circulé en 2013 pour réclamer des améliorations dans la signalisation.

Une volonté d’aller de l’avant

Aujourd’hui, elles souhaitent toutes obtenir rapidement de nouvelles installations.

Franca Farella a contacté le 311, qui a ouvert un dossier à la suite de sa mésaventure. Elle a aussi pris le temps de contacter la Conseillère d’arrondissement, Lisa Christensen.

Cette dernière connait bien la problématique puisque ses enfants ont fréquenté l’établissement. Elle a aussi fait aussi partie du comité des parents à l’époque où ses enfants y passaient leurs journées et reconnait le besoin d’un aménagement.

«Il faut avoir l’audace de proposer une solution», clame-t-elle aujourd’hui.

L’élue assure qu’elle va constituer un dossier dans les plus brefs délais et compte faire remonter les informations aux services de l’arrondissement. Elle entend ensuite demander à ces services une nouvelle étude afin d’évaluer les enjeux et d’agir en conséquence.

Depuis 2007, la possibilité d’installer un panneau d’arrêt a été plusieurs fois étudiée par les services publics. Elles ont toutes été refusées au motif que «les conditions nécessaires à la justification de l’implantation de panneaux d’arrêts toutes directions ou d’un feu de circulation [n’étaient] pas réunies».

L’arrondissement a confirmé qu’une nouvelle demande pour l’installation des panneaux d’arrêt a été reçue le 14 janvier 2019 et que l’analyse est en cours.

 

Le texte a été modifié depuis sa publication afin d’inclure les éléments apportés par l’arrondissement.