Actualités
17:57 1 mai 2018 | mise à jour le: 16 juillet 2018 à 11:47

Nouvelle charge en faveur d’un train à grande fréquence entre Québec et Montréal

Nouvelle charge en faveur d’un train à grande fréquence entre Québec et Montréal
Photo: Getty ImagesTORONTO, CANADA - APRIL 22: A VIA Rail train engine sits idle at Union Station, the heart of VIA Rail travel, on April 22, 2013 in Toronto, Ontario, Canada. The Royal Canadian Mounted Police (RCMP) report they have arrested two people connected to an alleged Al Qaeda plot to detonate a bomb on a VIA Rail train in Canada. (Photo by Ian Willms/Getty Images)

Des municipalités et des gens d’affaires ont réitéré jeudi l’importance de mettre en place un train à grande vitesse entre Québec et Montréal.

Peu convaincues de la pertinence du projet de monorail, la Ville de Montréal et la communauté des affaires de Québec ont insisté sur le besoin pressant d’une liaison en transport en commun entre la métropole que la Capitale du Québec.

«Même s’il est très rapide, la capacité de transport en pointe [du monorail] est très faible. C’est rapide et très coûteux, mais combien de personnes ça peut transporter par heure? C’est assez limité», a soulevé le vice-président du comité exécutif de Montréal, Sylvain Ouelette, pendant une table ronde à la Maison du développement durable.

Au contraire, un train à grande fréquence (TGF) permettrait entre autres «de tripler le nombre de départs par jour et de diminuer d’un quart les temps de parcours», a avancé pour sa part le directeur général de Vivre en ville, Christian Savard.

«Le projet de TGF, ce qui est intéressant, c’est qu’il rallie les municipalités et les chambres de commerce des deux rives parce qu’il est bon pour les deux rives. Cette unanimité, c’est devenu un facteur de succès dans ce projet». – Alexandre Cusson, maire de Drummondville

À Montréal, le TGF devrait desservir la gare Centrale et passer par le tunnel du Mont-Royal. Or, ce tunnel sera utilisé par le futur Réseau express métropolitain (REM), qui sera exploité par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). Pour Montréal, il est primordial que le TGF s’arrête à la gare Centrale. Le vice-président du comité exécutif, Sylvain Ouelette, souhaite que le secteur de la gare Centrale, grâce à la nouvelle rue Sainte-Catherine et le REM, devienne «l’hypercentre de Montréal» et un «pôle de transport interurbain».

Via Rail est actuellement discussion avec la CDPQ pour partager les rails du tunnel du Mont-Royal. Si le TGF ne peut pas utiliser le tunnel, l’arrêt à la gare Centrale pourrait être compromis, selon Via Rail. L’entreprise assure «étudier d’autres options» en cas d’échec des négociations.

De son côté, la CDPQ indique qu’un expert a été mandaté par le gouvernement fédéral. «Les projets du REM et du TGF de Via Rail pourraient cohabiter dans le tunnel Mont-Royal», mentionne-t-elle. La Caisse va aussi faire en sorte que les rails du REM puissent accueillir le futur TGF. Elle devrait aussi réaliser une station de correspondance entre le REM et le futur TGF

Le projet de TGF entre Windsor et Québec, qui doit passer par Montréal, est actuellement à l’étude par le gouvernement fédéral. Le dernier budget fédéral a débloqué 8M$ sur trois ans pour la réalisation d’une étude de viabilité technique et financière. Par courriel, le ministère des Transport a indiqué à Métro être favorable au projet de TGF de Via Rail. Le gouvernement annoncera prochainement un investissement de 1,5M$ pour des études sur la mobilité interurbaine.