Actualités
03:00 31 janvier 2019 | mise à jour le: 31 janvier 2019 à 09:01 temps de lecture: 3 minutes

Lutte aux changements climatiques: une note de A- pour Montréal

Lutte aux changements climatiques: une note de A- pour Montréal
Photo: Archives MétroHôtel de Ville de Montréal at Montreal on October 9, 2012. Denis Beaumont

Les efforts de lutte et d’adaptation aux changements climatiques de la Ville de Montréal semblent porter leurs fruits. Selon un récent rapport du réseau Carbon Disclosure Project (CDP), qui a développé une nouvelle méthodologie de pointage pour «comparer la performance des villes» en environnement, la métropole obtient une note de globale de A-, mais elle a tout de même encore des améliorations à apporter.

Montréal obtient effectivement des scores assez satisfaisants dans la plupart des catégories et surpasse largement la faible moyenne nord-américaine, qui affiche la cote D. La capacité de la Ville à prendre des «risques sociaux» est jugée excellente, tout comme sa volonté de saisir «les occasions» qui se présentent à elle en environnement.

Malgré des efforts jugés «considérables», CDP rappelle que Montréal a encore à faire pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle de la ville. L’administration doit, selon le document, penser «à mettre à jour le plan d’action de [la] Ville pour y intégrer un objectif aligné ou plus ambitieux que les objectifs de l’accord de Paris». «Envisagez de développer un objectif d’énergie 100% renouvelable», écrit l’organisation dans son rapport.

Le directeur du cabinet de Valérie Plante, Youssef Amane, explique à Métro que la Ville de Montréal «se démarque nettement» et dit se réjouir du message qu’envoie de tels résultats.

«On met en œuvre un Plan d’adaptation qui analyse les aléas climatiques, selon plusieurs volets, le social, l’environnemental et le territorial», a-t-il plaidé. Il a souligné que «deux suivis des plans de réduction des GES» ont été publiés en juin 2018, tant au niveau corporatif qu’au niveau de la collectivité.

Dans son rapport, l’organisation environnementale reconnue par le Cities Climate Leadership Group (C40) invite Montréal à créer «une étude de cas» sur sa ville et à la partager. «Rejoignez les réseaux internationaux de villes pour transmettre les connaissances que votre ville possède aux autres à la recherche de leaders dans les meilleures pratiques», affirme le groupe.

Celui-ci recommande également à l’administration Plante de «s’engager sur des objectifs d’adaptation [aux changements climatiques] ambitieux pour assurer la protection des populations vulnérables». Montréal doit, en outre, «considérer l’interaction» entre ses décisions et les mesures d’atténuation environnementale qu’elle met en place.

En septembre dernier, Montréal avait signé la One Planet Charter, une campagne qui a pour but de «donner aux villes le momentum pour atteindre des cibles ambitieuses sur le climat» sur le long terme. Puis, en décembre, la Ville a aussi annoncé une entente de collaboration avec la Fondation David Suzuki et la Fondation Familiale Trottier, en vue d’atteindre notamment la carboneutralité d’ici 2050.

Articles similaires