Actualités

Une intervention filmée du SPVM jugée violente et brutale devient virale

Une intervention filmée du SPVM jugée violente et brutale devient virale
Capture d'écran tirée de Facebook, Khalil De Bambara.

La brutalité d’une intervention du SPVM survenue dimanche soir dans le Village fait l’objet de vives indignations depuis hier à Montréal.

L’incident en question, survenu devant le Zoha Café, pendant une fête d’enfants, a d’abord été mis en ligne par Khalil De Bambara. Au moment des faits, ce père de famille et gérant d’artiste se trouvait au sous-sol de l’établissement où il travaille de temps à autre.

«Mon amie Jennifer devait passer me chercher au café avec son enfant et ma fille Zayane. En arrivant, elle m’a texté pour que je monte, a-t-il expliqué à Métro. Sauf qu’en arrivant dehors, j’ai vu la police qui tenait ma fille, en lui posant tout plein de questions.»

Après s’être identifié comme le père de Zayane «à plusieurs reprises», et vidé son sac, M. De Bambara dit avoir tenté d’entamer une discussion «dans le calme» avec les agents du SPVM. Ceux-ci lui auraient affirmé être à la recherche d’un suspect ayant frappé une fillette portant un manteau mauve, «un peu comme celui de ma fille». «Je leur assure que c’est une erreur, que j’ai toutes les preuves, que les caméras dans mon commerce peuvent prouver que ce n’est pas nous. On m’a quand même menotté, et je n’ai pas résisté», témoigne-t-il.

Peu après, M. De Bambara affirme qu’un des agents a violemment tiré sa fille par le bras pour l’emmener loin de lui.

«Elle était terrorisée. Elle a commencé à crier, à me demander de l’aider, elle a voulu me sauter dessus pour se réfugier. Je ne comprenais pas pourquoi les policiers s’excitaient comme ça.» -Khalil De Bambara, en parlant de sa fille.

D’après lui, c’est à ce moment que son amie Jennifer Brout, qui avait vu aller la scène de loin, s’est approchée pour expliquer aux policiers qu’ils faisaient erreur sur la personne. «La police lui a demandé de reculer. Ce qu’elle a fait. Puis ils l’ont mis par terre, genoux sur la face. Ils l’ont tabassée et menottée à côté de moi. C’était gratuit, c’était sans cœur, je n’en revenais pas», s’est remémoré le Montréalais.

Depuis l’incident, qui s’est soldé sans accusations ni arrestations, sa fille de neuf ans vit un grave traumatisme, selon M. De Bambara. «Elle a mal au ventre, elle vomit, elle n’a pas dormi de la soirée, déplore-t-il. On est même allés voir un psychologue dans un CLSC pour un suivi. On a dû lui expliquer que l’humain peut faire des fautes, que tout le monde peut se tromper sur la personne.»

Du profilage racial condamné
Sur Facebook, la propriétaire du Zoha Café, Fatma Ferkous, a vivement soutenu la version de Khalil De Bambara, dans une publication qui a aussi beaucoup fait réagir.

Qualifiant l’incident de «cirque», la propriétaire de l’établissement situé sur la rue Ontario a écrit que «la police vient faire le show en accusant la première gamine qu’ils voient passer dans la rue, sans prendre le temps et le tact d’interroger calmement les personnes».

Elle a dit vivement condamner «l’incompétence» dont ont fait preuve les policiers dans ce dossier, dénonçant un cas «de profilage racial à souhait». «Moi, mon commerce, mes clients, mes amis et surtout Khalil et sa petite, on est partis choqués, tristes et outrés de cette injustice», a-t-elle martelé.

Jointe par Métro, une porte-parole du SPVM, Marylou Bosse, a précisé que «certains éléments sont toujours à valider pour connaître l’ensemble des faits entourant cette intervention».

«Pour le moment, le dossier est pris en charge par le gestionnaire du poste de quartier concerné. Par conséquent, il ne nous sera pas possible de commenter ce dossier, afin de ne pas nuire à son processus d’analyse.» -Marylou Bosse

Rappelons qu’au début du mois de février, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’était opposée au port de caméras portatives par les policiers de la métropole, en raison des coûts élevés qu’une telle décision entraînerait. «Je ne peux pas juste investir des millions dans une technologie qui ne semble pas être au point et qu’en plus, ne semble pas avoir fait l’unanimité ou qui, du moins, semble avoir des résultats mitigés», avait-elle affirmé.

En vidéo

Commentaires 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *