Actualités

Manifestation dans Hochelaga samedi pour «bloquer» un projet de condos

Manifestation dans Hochelaga samedi pour «bloquer» un projet de condos
Courtoisie, OSHA Condos

Le comité de logement BAILS tiendra ce samedi une manifestation devant les bureaux de vente d’OSHA Condos, ce nouveau développement immobilier qui doit ouvrir ses portes le même jour, afin de dénoncer «les conséquences désastreuses» qu’aura le projet dans le secteur.

«Hausse [du prix] des loyers, reprise de logement, venue de commerces de luxe ou fermeture de maisons de chambre; on pense que les impacts de ces 200 condos-là vont être très problématiques», explique à Métro l’organisatrice communautaire au comité BAILS, Émilie Trépy-Lecavalier.

Le rassemblement de samedi, prévu à 13h, laissera selon elle la parole «à plusieurs groupes de quartier qui s’opposent, comme nous, au promoteur». «Notre intention, c’est vraiment de bloquer le projet. On ne veut pas qu’il n’aille lieu», tranche Mme Trépy-Lecavalier.

D’après l’organisatrice communautaire, «il faut comprendre qu’Hochelaga-Maisonneuve a eu son lot de condos». La porte-parole souligne que le terrain choisi par le promoteur – au coin des rues Sainte-Catherine Est et Nicolet – se trouve «là où il y a le plus de personnes à faible revenu».

Le militant au comité BAILS, Jean-Pierre East, abonde dans le même sens. Le secteur sud-ouest de l’arrondissement «regroupe majoritairement des personnes vivant en situation de pauvreté», déplore-t-il. «Dans l’éventualité très tangible où le prix des loyers environnants augmenterait à la suite de la construction de ces condos, plusieurs personnes seront forcées de quitter le quartier», craint-il.

L’organisme plaide que «plusieurs centaines de ménages sont présentement en attente de logements sociaux dans le quartier».

«Le terrain du promoteur serait idéal pour accueillir du logement social, des espaces communautaires ou un parc. On parle d’un terrain assez grand qui pourrait vraiment servir les résidants.» – Émilie Trépy-Lecavalier.

Pour Mme Trépy-Lecavalier, «la supposée mixité sociale» que le promoteur tente de faire miroiter dans sa stratégie d’inclusion est «très hypocrite». «On nous parle d’une trentaine de logements sociaux. Pour nous, ce sont des miettes. […] Cette attitude-là ne sert qu’à justifier l’arrivée de personnes nanties, au détriment de personnes à faible revenu», lance-t-elle.

D’après les données du comité BAILS, la durée d’attente pour avoir accès à une habitation à loyer modéré (HLM) dans Hochelaga «est généralement de 7 à 10 ans», d’autant plus que le quartier «constitue l’un des derniers refuges pour les personnes utilisatrices de drogue et les travailleuses du sexe».

La vision du promoteur
Joint par Métro, le porte-parole d’OSHA Condos, Hugo Deschênes, assure que «la réponse du quartier à notre venue est très positive en général, le comité BAILS faisant exception». Il dit avoir tenu plusieurs rencontres pour «valider que notre offre correspondait aux attentes» de la communauté.

D’après lui, la clientèle acheteuse «provient en très grande majorité du quartier immédiat». «Nous avons planifié, suite aux rencontres, plus d’unités de 3 et 4 chambres dans les nouveaux blocs afin de répondre à la demande pour des unités abordables à vocation familiale», plaide le responsable. OSHA Condos dit vouloir espérer que le prix des logements libérés par les familles qui joindront ses nouveaux logements «suivent les règles d’augmentation du prix des loyers gérée par la Régie du logement», pour que le quartier puisse accueillir de nouveaux résidents.

Le promoteur dit aussi collaborer avec l’organisme Bâtir son quartier «pour la construction de logements communautaires» dans le projet. La livraison de celui-ci est prévue pour l’automne prochain, puis les espaces communautaires s’ajouteront en 2021.

OSHA Condos n’en est pas à sa première confrontation dans l’espace public depuis le lancement de son projet immobilier. À la fin janvier, plusieurs résidants s’étaient indignés d’une publicité du promoteur, dont le parallèle entre la symbolique des peuples autochtones et le projet de construction lui-même avait été fortement critiqué.

«Hochelaga. Osha AGA. Remarquable habitat», lisait-on sur ladite affiche promotionnelle dans le secteur. Le promoteur avait dit avoir choisi ces termes pour leur «signification historique». D’après l’entreprise, le nom «Hochelaga» serait un dérivé des termes Osha et Aga, «qui auraient été donnés par les autochtones à Jacques Cartier et à son équipage à leur arrivée». Une vision à laquelle plusieurs résidants s’étaient opposés. Ayant d’abord tenté de se défendre, le promoteur avait finalement choisi de retirer sa publicité, devant une opposition grandissante.

Commentaires 17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Daniel Tremblay

    Oui effectivement il est temps que ca cesse ces fameux projets de condos pour qu’enfin le gouvernement se réveille et se mette en action pour répondre aux attentes sur le logements sociaux

    • Pierre Langlois

      Il ne manque pas de logements sociaux dans ce quartier. Par ailleurs les loyers y sont encore les plus abordables de tous les quartiers centraux de Montréal quoiqu’en dise la propagande gauchiste.

      • Philippe Delorme

        J’imagine que vous avez fait une demande pour un logement social et que vous en avez eu un rapidement, alors que vous êtiez dans une situation financière difficile.
        Vous êtes chanceux.
        Plusieurs personnes sont sur des listes d’attente et n’ont pas eu cette chance. Ce serait bien de leur permettre d’avoir eux aussi accès à un logement abordable.

      • Pierre Langlois

        Alex G.: J’ai écris qu’il ne manque pas de logements sociaux DANS CE QUARTIER! Et particulièrement dans ce secteur. Vous voulez des ghettos vous?

      • Christian

        Ce sont des condos non-vendu qu’il y a dans Hochelaga, pas des logements sociaux non-occupés.
        Hochelaga a perdu 800 logements locatifs depuis que les condos poussent comme des champignons.
        Le promoteur prétend avoir l’appui du quartier, mais quand il a invité des gens à venir l’appuyer suite à sa gaffe monumentale pour sa publicité, tous le monde à dit non.

        Sérieusement, qui va acheter un condos avec des mûrs en papiers directement à côté de Notre-Dame. Sur leur site ils prétendent que c’est un parc, mais c’est une petite bande de verdure où personne ne laisserait un enfant jouer.

      • Pierre Langlois

        À «Christian»
        Vous écrivez que lq quartier a perdu 800 logements locatifs dû à des conversions. 1- Quel est le lien avec la construction de condos neufs? 2- Il existe encore 27,000 logements locatifs dans ce quartier et ces pertes sont étalées sur plus de dix ans. On est loin de l’hécatombe.

    • Alex G.

      Pierre Langlois, il ne manque pas de logement social? QUOI? J’ai des problèmes de santés qui font que je ne travaille plus depuis 3 ANS ET ÇA FAIT PLUS DE 2 ANS QUE J’ATTENDS POUR DU LOGEMENT SOCIAL! DEUX ANS à attendre à habiter dans des taudis, des blocs médiocre comme je n’ai aucunement les moyens de me payer de quoi d’adéquat! Alors…de dire qu’il y en à suffisamment, je suis de l’avis contraire!

  • Richard R

    Pas facile d’essayer d’améliorer un secteur .. La mixité est « une » solution aux problèmes du cartier.

  • marcel pitre

    Est-ce qu’on pourrait laisser ce promoteur tranquille,qui ne fait que participer à l’évolution,l’économie et la vie de quartier.De tels projets sont soumis a des critères sévères pour être approuvés.Il faut cesser d’avoir peur du développement et comprendre qu’il permet a tous d’en bénéficier.Quant aux locataires du quartier ou de d’autres quartiers,ils sont très bien protégés par la régie du logement.

    • Luc Desjardins

      D’accord avec vous. J’ai vécu plusieurs années dans une coopérative d’habitation, soit la coop Jolie-Fontaine coin Joliette et Lafontaine. Les 5 membres du Conseil d’administration octroyaient systématiquement les logements à leurs amis et familles. Après un putsch, la nouvelle présidente a terrorisé tous les membres non assisté sociaux pour les remplacer par sa famille. De la corruption à grande échelle. Les coops fonctionnent presque toutes ainsi.

  • Pierre Langlois

    Comme il n’y a pas de crochet pour rétorquer à quelqu’un qui m’a répondu je citerai (pour P. Delorme) un article de La Presse+ publié le 23 juillet 2016: Plus de 200 logements sociaux dans un secteur criblé de problèmes sociaux où il y a déjà beaucoup de HLM, ça n’aurait pas nécessairement été une bonne chose, (plaide) Michel Roy, président de la table de quartier. « Avec 250 logements sociaux sur Sainte-Catherine, est-ce qu’on n’aurait pas été en train d’atteindre un niveau de rupture ? »

    • Marcel Pitre

      Des logements sociaux il y en a partout à Montréal on ne manque aucune occasion pour faire du « Hochelaga bastingage »Bravo à ce promoteur pour son projet et ça fait déjà plusieurs années que Hochelaga n’a rien à envier aux autres quartiers en terme de qualité de vie et c’est grâce justement à cette mixité de clientèle

      • Luc Desjardins

        En effet. Je suis d’accord que Hochelaga soit autre chose qu’un repère de BS, de maladie mentale et de prostituées. Je souhaite un peu de tolérence de la part de ces groupes.

  • patrick landry

    Une pétition de plus de 2000 signatures s’opposant à ce projet de condos sur la rue Sainte-Catherine et réclamant des logements sociaux et des espaces communautaires été déjà déposé au conseil d’arrondissement. Le projet n’a simplement pas l’appui de la communauté peut importe ce que l’on en dit…

    • Pierre Langlois

      2000 signatures sur plus de 50,000 résidents ça ne représente même pas 4% de la population. Mais c’est bien connu qu’au pays des soviets, une petite minorité dicte aux autres quoi penser…

      • Luc Desjardins

        Soviets et QS!

  • Luc Desjardins

    Ce projet me paraît bien; dans le style du quartier; et verdure.