Actualités

Des informations en temps réel sur tous les autobus d’exo d’ici la fin de l’année

Des informations en temps réel sur tous les autobus d’exo d’ici la fin de l’année
Photo: Josie DesmaraisAutobus de banlieue EXO.

L’ensemble des 600 autobus d’exo dans les couronnes nord et sud de Montréal disposeront d’un système de géolocalisation en temps réel de même que d’un affichage visuel et sonore des arrêts, facilitant ainsi les déplacements des personnes aveugles.

Près de 16 M$ seront investis par Québec et Ottawa afin de permettre aux clients de l’organisme de transport de voir en direct sur l’application mobile Chrono où se situe le bus qu’ils souhaitent prendre.

En plus de faciliter l’organisation des déplacements des usagers du transport en commun en banlieue, ce système devrait aider à réduire l’engorgement de certaines lignes de bus aux heures de pointe.

«Il y a des compteurs de passagers qui sont inclus dans les équipements, donc on sait combien de personnes sont dans l’autobus, ce qui permet justement de mieux planifier le nombre de bus et le besoin pour ajuster la fréquence par la suite. Éventuellement, les fonctionnalités vont permettre aux clients de voir combien de personnes sont dans l’autobus au moment de l’embarquement», a indiqué à Métro le directeur général d’exo, Sylvain Yelle, en marge d’une conférence de presse tenue mardi dans la municipalité de McMasterville.

«Je crois qu’avec une technologie comme celle-là, on va pouvoir attirer plus de citoyens en banlieue vers le transport en commun.» – François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l’Infrastructure et des Collectivités  

À l’instar des trains de banlieue, l’ensemble des bus gérés par exo seront munis d’un afficheur visuel et d’un système d’annonce verbale des arrêts, ce qui permettra de faciliter les déplacements des personnes ayant des problèmes de vision ou d’audition.

«C’est important parce que ça nous dit où on est rendus, à quel arrêt on doit débarquer. C’est une sécurité parce que les chauffeurs nous oublient parfois», a expliqué à Métro Josée Boyer, agente de développement et de communication au sein du Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain.

Des membres du regroupement ont d’ailleurs pris part en mai dernier à un projet pilote visant à faire tester cette technologie par différents organismes œuvrant auprès de personnes à mobilité réduite.

Deux ans plus tard
L’organisme de transport exo emboîte ainsi le pas à la Société de transport de Montréal, dont l’ensemble des quelque 1800 bus disposent d’un système de géolocalisation similaire depuis déjà deux ans.

«On part de différents endroits: certains secteurs avaient déjà une technologie [de géolocalisation], d’autres non, donc il fallait harmoniser le tout pour l’ensemble du réseau», a expliqué le directeur exécutif responsable des technologies de l’information à exo, Rémi Lafrance, qui a aussi fait part d’enjeux de financement pour justifier ce délai.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Mélissa Guitard

    Erreur dans votre article: « À l’instar des trains de banlieue, l’ensemble des bus gérés par exo seront munis d’un afficheur visuel et d’un système d’annonce verbale des arrêts, ce qui permettra de faciliter les déplacements des personnes ayant des problèmes de vision ET D’AUDITION » (Pour les afficheurs visuels, ça aide les personnes ayant des incapacités auditives qui n’entendent pas le système d’annonce verbale des arêts, pas les personnes ayant des incapacités visuelles!)