Actualités

Valérie Plante «brasse les cartes» du comité exécutif

Valérie Plante «brasse les cartes» du comité exécutif
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse de Montréal Valérie Plante

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, «brasse les cartes» du comité exécutif en changeant les fonctions de plusieurs de ses membres. Si deux élues municipales y sont ajoutées, une conseillère en est toutefois éjectée.

Ce remaniement, qui survient un an et demi après l’élection de Mme Plante, permet à la mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, et à son homologue dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Caroline Bourgeois, de rejoindre le comité exécutif de la Ville de Montréal.

Mme Thuillier devient ainsi responsable de la démocratie, de la transparence, des communications, de l’expérience citoyenne et du patrimoine. Il s’agit pour elle d’un retour au comité exécutif alors que l’élue municipale a occupé de 2012 à 2013 la fonction de vice-présidente du comité exécutif, où elle était notamment responsable du développement social et communautaire.

Mme Bourgeois se voit pour sa part confier la responsable de l’Est de Montréal en plus d’être conseillère associée au développement économique.

«Les attentes sont grandes pour la revitalisation de l’est et avec raison. Mme Bourgeois saura mener à bon port l’ensemble des projets majeurs que nous entreprendrons dans ce secteur de la ville trop longtemps oublié», a déclaré Valérie Plante en conférence de presse vendredi à l’hôtel de ville de Montréal. Un montant de 100 M$ a d’ailleurs été réservé dans le premier budget de la Coalition avenir Québec pour décontaminer des terrains dans l’est de l’île, une somme qui s’ajoute aux 75 M$ qui ont déjà été investis en ce sens.

Plusieurs membres déjà en place du comité exécutif voient pour leur part leurs fonctions au sein de celui-ci changer au terme de ce jeu de chaises musicales.

«Après une année et demie au pouvoir, après avoir trouvé notre directeur général, qui a décidé de faire un grand remaniement stratégique, on était rendu là. On voulait s’assurer d’avoir les bonnes personnes aux bons endroits» a justifié Mme Plante.

La sécurité publique, qui était entre les mains de Nathalie Goulet, passe ainsi dans celles de Rosannie Filato, qui était jusqu’à maintenant responsable, entre autres, du développement social et communautaire.

«Après des discussions, on a jugé que c’était une bonne idée de ramener Mme Filato à la sécurité publique. On sait que c’est une avocate, ce qui nous sera très utile dans les prochaines années avec le travail que l’on fait avec le Service de police de la Ville de Montréal», a souligné la mairesse de Montréal.

Craig Sauvé, conseiller dans l’arrondissement du Sud-Ouest et vice-président de la Société de transport de Montréal, perd pour sa part son rôle de conseiller associé à la mobilité pour se pencher plutôt sur les enjeux d’habitation.

«On voulait profiter de l’expérience de M. Sauvé au niveau de l’habitation. On sait que dans le Sud-Ouest, il y a beaucoup de changements sur ce plan», a expliqué Valérie Plante.

Transition écologique
Ce remaniement entraîne par ailleurs la création d’une nouvelle fonction au sein du comité exécutif. Celle qui était jusqu’à maintenant responsable de la transparence, Laurence Lavigne Lalonde, se voit ainsi confier la responsabilité de piloter le Bureau de la transition écologique et de la résilience.

«On a mis sur pied ce bureau-là, donc on va commencer à travailler très activement à des plans d’action. Cette année, on va travailler sur le plan de gestion des matières résiduelles et sur le plan de lutte aux changements climatiques […] On veut ajouter à ça des actions à court, moyen et long terme»,  a expliqué Mme Lavigne Lalonde en marge de la conférence de presse. Cette dernière a par ailleurs indiqué que la Ville se penchera sur un rapport de la Communauté métropolitaine de Montréal publié la semaine dernière qui propose notamment d’imposer des péages routiers dans certains secteurs de la métropole afin de financer l’exploitation du transport en commun dans le Grand Montréal.

«Maintenant, le message qu’on veut envoyer, c’est que quand on fait du développement dans les transports, du développement économique ou du territoire, il faut toujours avoir cette préoccupation concernant les impacts sur l’environnement.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal.

Un retrait
La conseillère dans le district du Vieux-Rosemont, Christine Gosselin, est par ailleurs la seule élue à être retirée du comité exécutif. Celle qui était notamment responsable de la culture «souhaitait relever d’autres défis», a précisé Mme Plante.

Ce sera ainsi la conseillère du quartier Côte-des-Neiges, Magda Popeanu, qui portera désormais le chapeau de responsable de la culture au sein du comité exécutif, qui compte désormais 20 membres.

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • JEAN FILION

    Mais elle ne comprend rien au projet de loi sur la laïcité cette mairesse. C’est seulement pour les quelques personnes en autorités…, merde, c’est pas complique pourtant! Toutes personnes qui se promènent dans la rue, autobus, trottoirs, etc., peut faire ce qu’elles veulent…à part se mettre toutes nue..!!

  • Daniel Jarry

    Valérie Plante ne représente aucunement l’ensemble des Montréalais.