Actualités
09:45 10 avril 2019

Plusieurs propositions faites pour le développement de Lachine-Est

Plusieurs propositions faites pour le développement de Lachine-Est
Photo: Messager Lachine & Dorval - Olivier Croteau

Les séances d’audition des opinions en vue du développement du secteur de Lachine-Est ont eu lieu la semaine dernière, à la Maison du Brasseur. Citoyens et organismes se sont prononcés au cours de cinq rencontres pour présenter leurs mémoires devant l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

Durant la séance d’après-midi du 3 avril, la directrice du bureau des grands projets de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB), Geneviève Hotte, a rappelé le débordement actuel des écoles de l’arrondissement. Une proposition de construction a été faite en lien avec le développement prévu de 4 000 unités de logement sur la friche industrielle de plus de 50 hectares. Deux nouvelles écoles primaires d’une capacité de 500 élèves et une école secondaire de 1 000 places ont été envisagés.

«Un établissement de proximité est un puissant vecteur de réussite scolaire puisque l’élève s’identifie à son école, à ses amis et à ses voisins. Cela devient un milieu de vie en créant un sentiment d’appartenance», a exprimé Mme Hotte.

Présentement, Lachine dispose de huit écoles primaires et deux écoles secondaires, toutes à pleine capacité. En raison de leur incapacité à accueillir les enfants issus des nouveaux développements immobiliers, la CSMB recommande à la ville-centre et à l’arrondissement de réserver des terrains en vue de cette expansion d’établissements scolaires. Cela encouragera le transport actif et offrira de nouveaux espaces sportifs qui pourront être partagés avec les municipalités.

Environnement

À des fins de conscientisation environnementale, la fondatrice de l’entreprise spécialisée en recherche et développement TIDI New Urban Design, Salima Bellini, a démontré l’impact climatique que pourrait avoir la transformation du secteur. «Une forte concentration de constructions […] et une forte concentration humaine peuvent amener une augmentation de chaleur dans la ville», a-t-elle indiqué.

La géographe suggère de prévoir des espaces verts, puis de concevoir un secteur doté d’un système incluant l’utilisation d’énergie solaire et d’agriculture urbaine.

À cela s’est ajoutée l’idée d’instaurer une ligne de tramway pour favoriser les transports électriques et réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Luc Gagnon, chargé de cours à l’École de technologie supérieure a parlé au nom de la coalition Trainsparence. «Le tramway est essentiel pour l’arrondissement. À elle seule, une rame remplacerait trois à quatre autobus. En termes de congestion routière, ça fait une très grosse différence», a-t-il expliqué.

En plus de limiter les GES, M. Gagnon considère que l’adoption de l’idée du tramway permettrait d’attirer les acheteurs. Sa qualité et sa fiabilité feraient augmenter la valeur des propriétés avoisinantes alors qu’un arrêt d’autobus la ferait diminuer.

Culture locale

Concernant les opportunités d’épanouissement culturel dans l’arrondissement, l’artiste et pédagogue Sylvie Blanchet, qui représentait la coopérative d’artiste pluridisciplinaire totalement éco-conscient (CAPTE), a pointé le manque d’établissements dans le secteur. «Nous souhaitons démontrer la pertinence d’incorporer un lieu de création composé d’ateliers, de studios et d’espaces de diffusion qui seraient propres à supporter les artistes locaux, dans le désir de créer et de partager leur art», a-t-elle dit.

CAPTE, qui est en à ses débuts, souhaite raviver la flamme artistique dans l’arrondissement, notamment en créant de l’emploi local, en collaborant avec la dynamique de la vie culturelle de ses quartiers et en s’assurant que la relève soit bien encadrée.

La Lachinoise Charlotte Florent-Léger a ajouté qu’un artiste d’ici souhaitant poursuivre ses activités de façon professionnelle était contraint de se diriger vers l’est de Montréal, faute de lieux communs où exploiter son originalité et son talent. «Lachine est un lieu inspirant par sa nature, a-t-elle mentionné. Nous avons l’impression d’être entourés d’art. Pourtant, nous nous demandons où est la communauté artistique de l’arrondissement.»

La retranscription de l’intégralité des séances d’audition des opinions est disponible sur le site ocpm.qc.ca. Un rapport final comprenant les mémoires suggérés sera rendu mi-juin à l’arrondissement. La suite sera alors entre les mains des élus.