Actualités
07:29 11 avril 2019 | mise à jour le: 11 avril 2019 à 07:29 temps de lecture: 3 minutes

Repenser l’échangeur Saint-Pierre

Repenser l’échangeur Saint-Pierre
Photo: Messager Lachine & Dorval - Olivier Croteau

Les résidents de Lachine ont partagé leurs impressions quant au futur développement de l’échangeur Saint-Pierre, qui connecte l’autoroute 20 à la route 138. Lors de la soirée d’information de lundi, des représentants du ministère des Transports du Québec (MTQ) et de la ville-centre ont présenté les étapes de planification des travaux.

Julien Surprenant-Legault, résident du Vieux-Lachine, traverse quotidiennement à vélo le secteur de l’échangeur Saint-Pierre et considère que l’endroit n’est pas sécuritaire en raison de la congestion affectant les parcours d’autobus et la circulation automobile. «Ça fait trois ans que j’ai déménagé ici et que j’endure les détours dus aux constructions. J’espère qu’on ne s’embarque pas dans un autre dix ans avec l’échangeur Saint-Pierre», exprime-t-il.

Une autre résidente, Christine Simard, s’est inquiétée de l’enclavement du quartier à la suite de la présentation du projet. «Tout ce que je vois comme propositions, ce sont des choses qui se passeront de l’autre côté de l’autoroute et qui ne sont pas du côté de Saint-Pierre, qui est enclavé par les chemins de fer et l’autoroute, a-t-elle indiqué. Si on reste isolé, les gens ne seront plus intéressés à venir dans le quartier.»

Projet de longue haleine

Les changements prévus pour l’échangeur, qui touche principalement les arrondissements de Lachine et de LaSalle, ont aussi suscité des inquiétudes en ce qui concerne de futures expropriations.

Mélanie St-Cyr, directrice de projets pour le MTQ, a affirmé que rien n’était sur la planche à dessin pour le moment. «Avant de parler d’expropriation, il y a d’abord un processus d’acquisition de terrains où les gens touchés sont rencontrés. Mais nous sommes vraiment loin de parler de cela», a-t-elle assuré.

Les principaux objectifs du projet visent à améliorer la fluidité de la circulation, à travailler sur une mobilité durable et à favoriser l’intégration urbaine. «Nous savons que le maintien de la circulation sera un enjeu important, a ajouté Mme St-Cyr. Que nous aillions vers une réfection ou une reconstruction, nous avons déjà des experts en maintien de circulation qui réfléchissent aux solutions.»

Le MTQ travaille également avec la Société de transport de Montréal (STM), le Réseau de transport métropolitain (RTM), la ville-centre et différents organismes de milieu pour élaborer des solutions concrètes et réalisables. Un volet de mise en valeur des paysages et du patrimoine du secteur permettra quant à lui d’augmenter le verdissement et de protéger la biodiversité.

Désenclaver le secteur

Aucune décision n’a encore été prise quant à savoir s’il sera question d’une réfection ou bien d’une reconstruction complète de l’échangeur. Les élus de l’arrondissement souhaitent cependant sa remise à neuf.

«S’il y a un changement dans la structure de l’échangeur Saint-Pierre, c’est une fenêtre d’opportunité énorme pour désenclaver le secteur, a soulevé Maja Vodanovic, mairesse de l’arrondissement de Lachine. Cela permettra de réduire le trafic de transit, puis de sécuriser le passage en dessous de l’échangeur pour les piétons et les cyclistes.»

Elle considère que sa planification permettrait de reconnecter le secteur de Saint-Pierre au reste de l’arrondissement.

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Etter Annie

    Moi Je trouve que Mme la mairesse à tout à fait raison. L’échangeur st Pierre et aussi dangeureux que Turcot,il peut s’écrouler sur les voitures de la même façon que l’échangeur Turcot. Merci Mme la mairesse d’appuyer ce projet