Actualités

Repavage à la caserne 63 de Dorval

Repavage à la caserne 63 de Dorval
Photo: Messager Lachine & Dorval - Olivier CroteauGrâce à son emplacement stratégique près de l’A-20, les pompiers de la caserne 63 de Dorval continueront leurs opérations malgré des travaux de pavages.

La réfection du stationnement à l’avant de la caserne de pompier 63, près du boulevard Bouchard à Dorval, débutera lundi. Le chef de division du Service de sécurité incendie de Montréal, Francis Ruest, assure que les réparations n’affecteront en rien les opérations.

«Ce sera fait en deux phases, explique-t-il. C’était catégorique dès le départ : ils peuvent mettre l’épaisseur et la couleur qu’ils veulent, tant que ça ne nous empêche pas de travailler.»

Deux des quatre portes de la caserne seront bloquées en alternance. En procédant ainsi pour le resurfaçage, deux camions d’urgence resteront constamment opérationnels.

Bien que la caserne en possède trois, un camion-autopompe et un camion-échelle sont suffisants pour répondre aux appels. De plus, les véhicules de prévention sont laissés à l’arrière de la bâtisse, pouvant ainsi être utilisés en tout temps.

Le repavage devrait se terminer le vendredi 4 octobre. Le contrat de 767 000$ octroyé à Canbec Construction, comprendra également la remise à neuf du stationnement du centre aquatique et communautaire Surrey, sur l’avenue Parkfield.

Temps de réponse

L’équipe de 48 pompiers et officiers desservant tout le territoire de Dorval parvient à répondre aux appels avec un temps de réponse de trois à quatre minutes. Leur emplacement stratégique aux abords du boulevard Bouchard, près de l’A-20, leur permet de se déployer rapidement.

«Dès qu’on sort, on peut embarquer sur l’autoroute, se diriger vers le rond-point ou encore aller à l’aéroport», indique M. Ruest.

Répartis en quatre équipes de 12, les pompiers se partagent les différents quarts de la semaine pour un service 24/7.

En tant que premiers répondants, ils sont formés pour prodiguer les premiers soins aux personnes en détresse. Ils font partie des 67 véhicules d’urgence de l’île de Montréal prenant en charge les patients avant l’arrivée des paramédics.