Actualités
11:46 15 juin 2021 | mise à jour le: 15 juin 2021 à 16:19 Temps de lecture: 2 minutes

Montréal investit 1,2 M$ dans la surveillance de la qualité de l’air

Montréal investira 1,2 M$ afin d’améliorer les infrastructures du Réseau de surveillance de la qualité de l’air. L’argent permettra de faire l’acquisition d’une station mobile d’échantillonnage de l’air.

La Ville procédera également à la mise à niveau de 19 stations d’échantillonnage sur l’ensemble de son territoire grâce à l’ajout et au remplacement de nouvelles stations et de nouveaux appareils pour le prélèvement des émissions atmosphériques.

«Ces investissements permettront de maximiser les interventions de la ville et assureront une surveillance plus pointue, au profit de la santé et de la sécurité de la population», indique la Ville dans un communiqué.

Par ailleurs, un outil explicatif qui a pour but de rassembler, résumer et vulgariser les études scientifiques les plus récentes sur la qualité de l’air à Montréal et ses impacts sur la santé sera produit par la Direction régionale de santé publique (DRSP).

Les coûts de production de ce document, s’élevant à 50 000 $, sont assumés conjointement par la Ville et le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

Attendue pour la fin de l’année, cette synthèse vulgarisée des différentes études permettra de mieux informer la population et de répondre à certaines préoccupations, notamment pour les résidentes et les résidents de l’est de l’île.

Une qualité de l’air améliorée en 2020

L’annonce de ces investissements a été faite lors du dévoilement du dernier bilan annuel du Réseau de surveillance de la qualité de l’air. Ce dernier montre que 2020 a été l’année avec le plus faible nombre de jours de mauvaise qualité de l’air à Montréal depuis 2014. Selon le document, il y a eu 21 jours de mauvaise qualité de l’air l’an dernier, soit 22 jours de moins que ce qui avait été comptabilisé dans le bilan 2019.

«La qualité de l’air extérieur est un déterminant majeur de la santé des Montréalais et l’amélioration du Réseau de surveillance de la qualité de l’air (RSQA), réalisée en collaboration avec la Ville, est un élément essentiel permettant de mieux orienter les actions de santé publique à mettre en place pour Montréal», a indiqué Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal.

Articles similaires