Actualités

Promesses de Valérie Plante: quel bilan en fin de mandat?

Un débat sur le thème du tourisme, organisé avec ESG-UQAM et l'organisme Tourisme Montréal, s'est tenu au Palais des Congrès. Les candidats à la mairie de Montréal pour l'élection municipales, Valérie Plante de Projet Montréal, et Denis Coderre d'Ensemble Montréal ont débattu. / Josie Desmarais/Métro Photo: Josie Desmarais/Métro

À presque un mois du scrutin municipal, l’heure du bilan 2017-2021 de Valérie Plante a sonné. Métro dresse le portrait de ce qu’avait promis la mairesse avant d’accéder au poste ainsi que l’atteinte de ses principaux objectifs.

Métro a analysé les promesses liées aux cinq principaux chantiers énumérés par la mairesse lors de son discours d’assermentation, soit la mobilité, la sécurité urbaine, l’habitation, l’efficacité des services publics et le développement économique. Parmi les 64 promesses analysées, lesquelles ont été tenues/non tenues? Lesquelles sont en cours? Métro a sollicité l’éclairage de 3 experts.

62,5% de promesses tenues

En un coup d’œil, la mairesse affiche: 40 promesses tenues (62,5%), 11 promesses non-tenues (17,2%) et 13 promesses en cours (20,3%).

C’est en mobilité et en sécurité urbaine que la mairesse affiche le meilleur bilan de ses promesses (soit 19 promesses tenues sur 23), suivi par l’habitation et le développement économique (10 promesses tenues et 5 en cour sur 17). En revanche, c’est du côté de l’efficacité des services publics que le bilan est le moins positif avec 11 promesses tenues sur 24 (7 promesses non tenues et 6 en cours).

À noter que les promesses et les réalisations en matière de sécurité urbaine relèvent beaucoup de la sécurité des déplacements. Elles ne portent pas nécessairement sur la criminalité ou les armes à feu.

Des experts notent le mandat des promesses

La politologue et professeure à l’UQÀM Danielle Pilette s’est prononcée sur les promesses en matière d’habitation et d’efficacité des services publics.

Jean Philippe Meloche, professeur à l’école d’urbanisme et d’architecture de paysage à l’Université de Montréal, a quant à lui commenté le bilan en mobilité et en sécurité urbaine.

Enfin, Myriam Lavoie-Moore, chercheuse à l’Institut de Recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) a commenté le bilan des promesses de la mairesse en développement économique et fiscalité.

Note en habitation :

4,5/5

Promesses tenues

  • Remboursement de la taxe de bienvenue
  • Programme d’achat de terrains en rive

Promesses en cours

  • Création d’un quartier familial sur le site de l’hippodrome
  • 300 unités d’hébergement ou de transition par année
  • Assurer la construction 12 000 logements sociaux et abordables

Promesses non tenues

  • Minimum de 20% de logements familiaux dans les nouveaux projets immobiliers

Commentaires de Danielle Pilette : L’importation d’un règlement 20/20/20, que l’on trouve dans certaines métropole où le marché est peu accessible (comme Paris et Vancouver), est assez novatrice. Par ailleurs, il est difficile de mesurer l’avancée des 12 000 logements, les projets de construction de logements dépend de plusieurs paliers de gouvernement.

Note sur l’efficacité des services publics :

3/5

Promesses tenues

  • Rénover les chalets des parcs
  • Multiplier les brigades propreté
  • Réduire le nombre de bureaux crées par Denis Coderre
  • Réduire les dépenses de chauffeurs du maire
  • Ligne d’appel pour ressources communautaires
  • Publier un registre des invités
  • Publier l’agenda de la mairesse
  • Favoriser la participation citoyenne
  • Service de permis en ligne
  • Pression sur gouvernement provincial pour la rénovation des écoles
  • Protéger les milieux humides
  • Intégrer des membres de l’opposition au comité exécutif

Promesses en cours

  • Un poste de maire dans Ville-Marie
  • Soumettre les OBNL crées par la Ville à la loi d’accès à l’information
  • Place publique rue Peter-McGill
  • Quatre écoles dans l’Est de Montréal
  • Créer un premier parc national urbain
  • Rénover la piscine
  • Henry William Morgan

Promesses non tenues

  • Réintroduire le poste de gardien de parc
  • Créer une commission pour la reddition de comptes pour les grands projets
  • Élargir le statut d’électeur
  • Un bain portuaire au Vieux-Port
  • Ouvrir des biergarden en plein air
  • Vote libre au sein du caucus de Projet Montréal

Les commentaires de Danielle Pilette: Au niveau micro, les promesses sont bien réalisées (ex: propreté, création de ligne d’appels). La création d’un poste de maire dans Ville-Marie est importante, elle pourrait changer l’efficacité des services publics de l’arrondissement et améliorer la représentation politique. Le dernier mot revient à Québec. L’efficacité organisationnelle est très inégale entre la ville-centre et les arrondissements. Le plus grand problème, c’est la question de la reddition de compte pour les grands projets (échéances et budget). Il est difficile de mesurer la performance organisationnelle dans plusieurs domaines (ex: les 12 000 logements). Il y a un problème d’arrimage entre les arrondissements et la ville-centre et entre les services qui sont dans le périmètre financier de la ville et qui dépendent aussi d’autres instances.

Note sur la mobilité :

4/5

Promesses tenues

  • Commander 300 bus hybrides
  • Créer un bureau de la ligne rose
  • Consultation et début des travaux du REV
  • Stations de métro accessibles aux personnes à mobilité réduite d’ici 2030
  • Accès au centre-ville des véhicules en autopartage et règles de stationnements assouplies
  • Pourparlers avec le gouvernement du Québec pour le prolongement de la ligne bleue
  • Étendre le service de bus et offrir une desserte plus rapide

Promesses en cours

  • Réduire les tarifs de 40% pour les 65 ans et plus et les jeunes

Promesses non tenues

  • Début des travaux de la ligne rose
  • Promenade sur l’Île Sainte-Hélène

Les commentaires de Jean-Philippe Meloche: Le REV, c’est la réalisation phare du mandat de Valérie Plante! La vision était là et dans ce contexte, les bottines on suivi les babines. Ils ont bousculé, mais c’était très cohérent avec ce qui avait été dit. Avec la ligne rose, on a vendu du rêve, on ne construit pas un métro en 4 ans. C’est facile à prolonger sur le papier, mais ça prend une décennie. Ne pas réaliser certaines promesses, ça peut être aussi un signe de bonne gestion. Concernant les tarifs de la STM (promesse de réduire les tarifs de 40% pour les 65 ans et plus et les jeunes), on peut promettre de le suggérer, mais la Ville à moins de contrôle sur la tarification.

Note sur la sécurité urbaine :

4,5/5

Promesses tenues

  • Créer l’Escouade mobilité pour la fluidité automobile durant des travaux
  • Créer la brigade des chantiers lors de travaux de voirie
  • Sécuriser des intersections dangereuses et abolitir la politique de quatre accidents avant d’agir
  • Allonger les temps de traverse
  • Sécuriser l’ensemble des zones scolaires
  • Modifier la règlementation sur la largeur minimale des trottoirs
  • Réduire la circulation sur le Mont-Royal
  • Créer des saillies de trottoirs, réduire la vitesse, rétrécir les voies et créer des pistes cyclables protégées
  • Réclamer un bilan annuel du SPVM sur le profilage racial
  • Créer un protocole de communications avec SPVM
  • Embaucher des agents spécialisés en médiation culturelle
  • 6 à 10 rencontres publiques de la Commission de la sécurité publique

Promesses en cours

Aucune.

Promesses non tenues

  • Nids-de poule: meilleur équilibre entre les mesures temporaires et la reconstruction
  • meilleur équilibre entre les mesures temporaires et la reconstruction

Les commentaires de Jean-Philippe Meloche: En matière de sécurité routière, la Ville a saisi les opportunités nécessaires (pistes cyclables, saillies). Chaque fois qu’il y avait un accident, l’administration était du côté des victimes et pas du côté de la fluidité automobile. Ils ont pris le levier de la mobilité durable. Quand il y a trop de mesures, ça peut enrager les automobilistes quand ça allonge les trajets.

Note sur le développement économique:

2,5/5

Promesses tenues

  • Révision de la taxation commerciale et résidentielle (collaboration Québec et Ottawa)
  • Vérification des états financiers du 375e
  • Deux premiers hubs start-ups dans des édifices publics ou vacants
  • Révision des règles de taxation commerciale
  • Soutien aux commerçants durant des travaux majeurs
  • Transférer la Formule E au circuit Gilles-Villeneuve ou renégocier l’entente
  • Mise en place «Véritable plan commerce»

Promesses en cours

  • Moratoire conversion en zonage résidentiel, d’ateliers d’artistes/artisans
  • Taxation foncière pour OBNL et certains usages culturels
  • Centre d’art amateur et du loisir

Promesses non tenues

  • Ne pas augmenter les taxes au-delà de l’inflation

Les commentaires de Myriam Lavoie-Moore: Soutenir les commerçants affectés: ça a bien fonctionné, idem dans le plan commerce et la revitalisation des artères commerciales. Au courant du mandat, il y a eu des mesures pour soutenir les commerces de proximité. Pour la hausse des taxes au-delà de l’inflation, je ne blâmerais pas Projet Montréal, car ça fait partie du modèle de fiscalité des municipalités centré sur les taxes foncières. Pour financer des services, ils n’ont pas le choix. Mais il y a eu beaucoup plus de soutien au niveau des grandes entreprises en innovation (start-ups). Pour moi, c’est quelque chose qui est presque en contradiction avec l’aide aux petits commerçants car cela participe à la gentrification (par exemple dans le Milex). Les ateliers d’artistes demandaient une réduction de taxes. Ce que la Ville a choisi de mettre en place, c’est des programmes de subventions à la rénovation, qui affectent la valeur du local et qui fait augmenter en retour les taxes foncières.

Quelques promesses phares

Promesses tenues

  • Début des travaux et mise en place du REV, réseau express vélo (2 axes)
  • Rendre les stations de métro accessibles aux personnes en mobilité réduite d’ici 2030 (18 sur 30)
  • Ouverture de deux premiers hubs pour start-ups dans des édifices vacants ou publics

Promesses en cours

  • Assurer la construction de 12 000 logements sociaux et abordables en 4 ans : la Ville affirme avoir atteint 11 564 logements, contrairement à la promesse, il ne s’agit pas uniquement de nouvelles constructions, des logements existants qui ont été rénovés sont comptabilisés. 
  • Créer un poste de maire élu dans Ville-Marie : à l’automne prochain, un comité d’experts rendra public ses scénarios pour une meilleure représentation démocratique.

Promesses non tenues

  • Permettre le vote libre au sein du parti Projet Montréal
  • Ne pas augmenter les taxes au-delà de l’inflation

Articles récents du même sujet