Actualités

3 G$ pour assurer une place en CPE ou en service de garde subventionné

Un enfant joue dans une garderie
Une garderie. Photo: Josie Desmarais/Métro

Une enveloppe de 3 milliards de dollars, dont un investissement nouveau de 1,8 milliard de dollars, sera dédiée à la création de 37 000 places en CPE. D’ici 2025, tous les Québécois auront accès à une place en garderie, assure la CAQ.

Le premier ministre François Legault se réjouit d’arriver, «après 25 ans», avec «les budgets», et non uniquement «des promesses électorales». «C’est le meilleur investissement qu’on ne puisse pas faire pour l’avenir de nos enfants», ajoute-t-il.

Ce qu’on veut, c’est que ça démarre au plus sacrant.

François Legault, premier ministre du Québec

Pour créer ces places, de nouvelles installations ouvriront leurs portes. En vertu d’un appel de projets continu, 17 000 places seront créées. D’autres seront assurées par la conversion des places non subventionnées en places subventionnées, et par le nombre d’enfants maximal permis par établissement, qui passera de 80 à 100 pour les garderies privées. Les CPE pourront maintenant accueillir jusqu’à 500 enfants dans différentes installations.

L’enveloppe annoncée constitue pour le moment une somme «plancher». Québec entend procéder à l’embauche de 17 800 éducatrices supplémentaire, mais n’a toujours pas prévu la hausse de salaire qui leur a été promise. Un crédit d’impôt doit également être offert aux parents dont les enfants fréquentent des garderies non subventionnées.

Limiter la bureaucratie

Afin d’offrir de nouvelles places le plus rapidement possible, Québec s’offrira plus de liberté. Le projet de loi 1, déposé par le ministre de la Famille Mathieu Lacombe, prévoira notamment une réduction des délais d’analyse de projet pour la construction de nouveaux CPE.

François Legault souhaite que de nouvelles installations ouvrent leurs portes si rapidement que son gouvernement est prêt à «construire lui-même des garderies». Québec aura l’obligation de lancer des appels d’offres dans les six prochains mois dans les territoires où les places offertes en CPE sont insuffisantes.

D’ici à la création de l’entièreté des places, les parents pourront consulter des listes d’attentes qui seront propres à chaque établissement, pour connaître le rang de leur enfant. Le guichet unique La Place 0-5 sera revu, et désormais orchestré par le gouvernement du Québec.

Les enfants dont le statut socio-économique est précaire auront un accès prioritaire aux CPE.

Accueil mitigé

Des efforts supplémentaires afin d’améliorer les conditions de travail et la rémunération des éducatrices auraient dû accompagner l’annonce de la CAQ, estime Québec solidaire. «Même avec la dernière offre, les éducatrices restent les professionnelles techniques parmi les moins bien payées au Québec. On parle ici des femmes qui éduquent nos enfants», rappelle la députée responsable du dossier de la famille au sein du parti, Christine Labrie.

Le Parti québécois abonde dans le même sens, estimant que multiplier les «réformes» n’aide en rien la valorisation et la rémunération des éducatrices. Il y a une semaine, Québec annonçait que des hausses de salaire oscillant entre 12 à 17% seront octroyées aux éducatrices en CPE. Les négociations se poursuivent avec les éducatrices syndiquées, à la recherche d’une nouvelle convention collective.

Les municipalités se réjouissent toutefois de l’annonce du gouvernement Legault. «Avec ce chantier, le gouvernement du Québec démontre qu’il a bien entendu les préoccupations et les recommandations du milieu municipal, et ce, pour revoir les façons de faire, être plus flexible et surtout plus agile dans le développement des services de garde», constate le président de l’Union des municipalités du Québec.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet