Actualités

Près 6 milliards pour financer les CPE au Québec

François Legault et Justin Trudeau devant un autobus jaune
Justin Trudeau et François Legault Photo: THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson

Pour renforcer le réseau de service de garde, améliorer les conditions de travail des éducateurs et faire baisser les tarifs, Ottawa transférera près de 6 milliards de dollars au Québec sur cinq ans.

«La dernière année et demie a démontré à quel point ces services sont essentiels, surtout pour les mères qui ont dû trop souvent choisir entre leurs enfants et leur carrière», a annoncé le premier ministre du Canada Justin Trudeau lors d’une conférence de presse à Montréal, jeudi avant-midi.

«Ces investissements vont permettre d’aider plus de familles, y compris les familles à faible revenu», a-t-il ajouté.

Cette somme est offerte «sans conditions», ce qui signifie que Québec pourra l’utiliser à sa guise. Les priorités seront la création de places et le salaire des éducatrices, a mentionné le premier ministre du Québec François Legault.

Avec cette enveloppe, chaque parent qui le souhaitera misera sur une place en service de garde, a assuré M. Legault. Pour l’heure, il est estimé que 37 000 places seront crées aux quatre coins de la province. Une annonce détaillée sera complétée en ce sens au cours des prochaines semaines.

Pour sa part, le parti libéral du Québec (PLQ) fait état d’une liste d’attente qui s’élève jusqu’à 51 000 enfants.

«La CAQ avait promis la création de 13 500 places pour février 2021. Or, seulement 3000 ont été réalisées, soit 22% des places promises. Les belles promesses ne suffisent pas: il faut des résultats pour les familles québécoises», a réagi Marc Tanguay, le porte-parole du parti libéral en matière de famille.

Lors l’année 2021-2022, le gouvernement du Québec investira 2,7 milliards dans les services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants.

Sentiment de fierté

À l’échelle canadienne, un réseau de garderies semblable à celui que l’on retrouve au Québec, accessible au coût de 10$ par jour, sera créé. Pour y arriver, Ottawa réserve une somme totale de 30 milliards.

«Le temps est venu pour le Canada de prendre exemple sur le Québec, s’est réjouit M. Trudeau. Avec un système abordable et fiable de garde d’enfants, le Québec est un leader.»

En réaction à l’investissement, le NPD considère que le gouvernement fédéral aurait dû «agir plus tôt», pour limiter les contrecoups de la pandémie au sein des services de petite enfance du Canada.

«Les travailleuses canadiennes ont été frappées de manière disproportionnée par la pandémie et beaucoup sont tombées dans la précarité à cause de l’indifférence totale des libéraux de Justin Trudeau», a réagi le chef du NPD, Jagmeet Singh.

Entente à venir

Québec doit encore en venir à une entente concernant la convention collective des travailleurs en CPE. François Legault a expliqué que les négociations avançaient. Selon son échelon salarial, la rémunération horaire d’une éducatrice peut osciller entre 16,75$ et 28,25$.

«On veut augmenter le salaire des éducatrices, pour que ce soit équitable avec les autres corps de métier. Actuellement, elles sont sous payées par rapport à la formation qui leur est exigée», a admis M. Legault.

«Pour régler la crise, on attend toujours une offre d’augmentation de salaire décente pour les éducatrices, et l’annonce des projets retenus dans le dernier appel de projets. Ça fait plus de six mois que la CAQ a en main la liste des projets soumis, et rien ne bouge», a réagi la députée de QS responsable du dossier de la Famille, Christine Labrie.

Des grèves pourraient être déclenchées au cours du moins de septembre si les négociations stagnaient, ont prévenu des syndicats en petite enfance au cours des dernières semaines.

Articles récents du même sujet