Soutenez

Québec solidaire veut le plafonnement des hausses des loyers

Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire et députée de Gouin.
Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire et député de Gouin. Photo: Clément Bolano, Métro Média

Pour venir en aide aux «centaines de milliers de ménages locataires» à faire face à la hausse du coût de la vie, Québec solidaire demande au gouvernement du Québec de décréter un plafonnement des hausses du loyer.

Le parti de gauche propose de plafonner les hausses de loyer en fonction de l’indice de fixation des loyers du Tribunal administratif du logement (TAL). Celui-ci rend publics chaque année des outils de calcul que les propriétaires peuvent utiliser pour établir l’augmentation du loyer en fonction du contexte économique.

En 2021, la Société canadienne d’hypothèques et de logement indiquait que les locataires québécois ont connu une augmentation moyenne de 3,6% du prix de leur loyer. Au cours de la même période, le TAL recommandait une hausse de 0,8% des loyers.

«Il faut plafonner les hausses des loyers. Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard s’apprête à le faire, et l’Ontario l’a déjà fait. On peut le faire ici au Québec. Ça peut se faire facilement en rendant l’indice de fixation des loyers, qui est calculé chaque année par le TAL», a mentionné le député de Laurier-Dorion, Andrés Fontecilla, lors d’un point de presse vendredi matin.

Le gouvernement de la CAQ doit se rendre à l’évidence : la hausse des loyers est devenue hors de contrôle et beaucoup de propriétaires ne respectent pas l’indice recommandé par le Tribunal du logement. Lutter contre l’inflation sans rien faire pour freiner l’explosion des prix des loyers, c’est un coup d’épée dans l’eau.

Andrés Fontecilla

«C’est une solution simple et efficace pour mieux encadrer les hausses de loyer. Non seulement c’est une mesure à coût nul, mais en plus, pour de nombreux propriétaires honnêtes qui se réfèrent déjà à l’indice d’augmentation du TAL, ça ne va rien changer. Mais pour les spéculateurs qui contournent les règles pour augmenter les loyers en flèche, ça va être la fin de la récréation», ajoute-t-il.

«Au lieu de hausser les factures des Québécois avec son projet de loi sur les tarifs gouvernementaux, François Legault devrait s’occuper de la dépense qui coûte le plus cher aux ménages : le logement. La CAQ se pète les bretelles avec son bouclier anti-inflation, mais la vérité, c’est que le gouvernement est en train de passer à côté de la crise qui frappe les Québécois durement, au jour le jour. Si François Legault veut vraiment aider les gens face à l’inflation galopante, il doit agir pour mettre fin aux hausses de loyer abusives», déclare Gabriel Nadeau-Dubois.

Alors que la Ville de Montréal a annoncé cette semaine une augmentation de 4,1% des taxes foncières sur les immeubles résidentiels dès l’année prochaine, le FRAPRU rappelle que ce n’est pas aux locataires seuls d’absorber les hausses de taxes par une hausse des loyers.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.