Montréal
05:00 2 août 2016 | mise à jour le: 2 août 2016 à 05:00 temps de lecture: 3 minutes

Deux entreprises convoitent le contrat d’opération et d’entretien des trains de banlieue

Deux entreprises convoitent le contrat d’opération et d’entretien des trains de banlieue
Photo: Archives / TC Media

Deux entreprises se disputeront le contrat d’opération et d’entretien des trains de banlieue de l’Agence métropolitaine de transport (AMT).

À la suite d’un appel d’offres publié en décembre dernier, Bombardier Transport et Services Passagers Ferroviaires du Grand Montréal sont en lice pour veiller au bon fonctionnement des trains qui déplacent quotidiennement près de 80 000 usagers du transport en commun dans la région de Montréal. L’agence gouvernementale a décidé de combiner les activités d’opération et d’entretien dans l’espoir de réaliser des économies.

Deux appels d’intérêt ont précédé l’appel d’offres, dont la durée a été prolongée à deux reprises. À l’origine, il devait se terminer le 30 mai, puis le 30 juin et en enfin, le 29 juillet.

«On a reçu des demandes de précisions d’au moins une entreprise, a indiqué lundi la porte-parole de l’AMT, Fanie Clément Saint-Pierre. Pour mettre toutes les chances de notre côté, on a décidé de prolonger l’appel d’offres.»

Le contrat, qui sera d’une durée de plus de cinq ans, doit être octroyé cet automne. L’agence gouvernementale assure que l’échéancier qu’elle s’était fixé sera maintenu. «C’est certain qu’on va peut-être avoir du rattrapage à faire, [mais] on est confiant», a dit Mme Clément Saint-Pierre.

À l’heure actuelle, c’est le Canadian Pacific (CP) qui est responsable des opérations des trains de banlieue sur les lignes Vaudreuil-Hudson, Candiac et Saint-Jérome alors que sur les lignes Deux-Montagnes, Mont-Saint-Hilaire et Mascouche, le Canadien National (CN) est responsable de la conduite des trains. Les deux transporteurs ont fait part à l’AMT de leur volonté de cesser ces activités. Ils demeureront toutefois en contact avec elle puisque ses trains circulent sur leurs voies ferroviaires.

Bombardier veille de son côté à l’entretien des trains.

Tous ces contrats d’opération et d’entretien des trains de banlieue qui sont en cours actuellement ont été prolongés jusqu’au 1er juillet 2017.

«La raison pour laquelle on souhaitait avoir une année pour préparer [la transition], c’était pour donner le temps à l’entreprise de prendre connaissance des activités, a expliqué Fanie Clément Saint-Pierre. [De bien connaître le réseau], c’est important. Ce ne sont pas des activités qui sont uniques en leur genre, mais c’est toujours important de prendre connaissance du réseau, des garages, des sites d’entretien, etc.»

Si le contrat est attribué cet automne par l’AMT, ce sera le Réseau de transport métropolitain qui veillera à la transition. Cette nouvelle organisation doit voir le jour au début de l’année 2017 dans le cadre de la mise en place de la nouvelle gouvernance du transport en commun dans la région métropolitaine. Plusieurs employés de l’agence gouvernementale doivent y être transférés.