IDS-Verdun

Précision extrême au chantier Champlain

Photo: TC Media/Félix O.J. Fournier

Les travailleurs du nouveau pont Champlain sont non seulement soumis à un échéancier serré, mais doivent aussi suivre des plans qui demandent des calculs extrêmement précis.

Lors de la visite de chantier ouvert aux médias jeudi, TC Media a été en mesure d’observer la minutie avec laquelle les ouvriers s’affairaient à monter un segment de béton, tel un bloc de Lego, pour former une des amorces de pile.

Champlain semelle«Les ingénieurs m’ont demandé il y a une demi-heure de déplacer un segment, qui pèse plusieurs tonnes, de 2mm. C’est comme une montre suisse», explique le chargé de construction de la partie haubanée du pont, Frédéric Guitard, en montrant une pièce de fondation de presque 10m de haut.

L’assemblage du pylône d’une hauteur de 160m, qui sera complété en octobre 2017, exige beaucoup de précision.

«On construit un énorme pendule qui sera garanti par des câbles [haubans]. Les poids doivent être pesés à la tonne près», illustre M. Guitard.

Haubans
Des piliers temporaires, qui ont servi à la construction du viaduc de Milau dans les Pyrénées, en France, ont même été empruntés afin de supporter une charge verticale de 4 000 tonnes chacun, le temps que les haubans soient ajustés de manière à supporter l’ensemble de la superstructure.

Il s’agit donc d’une phase sensible souligne le directeur du chantier, Daniel Genest. «Le cheminement critique du projet passe par les étapes de construction de la partie qu’on appelle le pont haubané. On met littéralement nos vies personnelles de côté pour réaliser à terme le projet».

Une fois terminé, les ouvriers pourront s’affairer à la travée principale du pont.

Les deux premières semelles du pylône central ont d’ailleurs été coulées cette semaine, pendant qu’à Saint-Eugène de Grantham, la fabrication de 44 segments de béton a été complétée.

État des travaux
L’aspect maritime du chantier, lui aussi complexe, progresse bien.

Des 38 semelles assemblées à la jetée ouest de L’Île-des-Sœurs, cinq ont été installées jusqu’à maintenant à 10 mètres de profondeur, soit cinq mètres plus bas que le fond du fleuve.

Quelque 32 excavations sont complétées, en attente d’accueillir les fondations.

Du côté est, à Brossard, huit semelles sur 20 sont prêtes et 15 ont été bétonnées. Les trois culées, qui soutiendront les tabliers du pont, sont également bien entamées.

D’après le directeur du chantier, lorsque toutes les fondations du pont sortiront de l’eau, les structures risquent d’attirer les curieux. «Je pense qu’il va y avoir plus de congestions sur l’actuel pont Champlain, ça va être comme du tourisme de construction», estime M. Genest.

L’ensemble de l’excavation maritime devrait être terminé cet automne.

Le nouveau pont Champlain doit être livré pour le 1er décembre 2018. En cas de retard, SSL devra payer 100 000$ par jour lors de la première semaine et 400 000$ chaque journée de retard par la suite.

 

Articles récents du même sujet