Montréal

«Urgent» de créer une commission sur le racisme systémique

«Urgent» de créer une commission sur le racisme systémique
Photo: Chantal Levesque

Appuyée par une soixantaine d’organismes et plusieurs partis politiques, une coalition réitère «l’urgence» de lancer une commission sur le racisme systémique, moins de deux semaines après l’attentat qui a touché une mosquée de Québec.

«Il est plus que temps d’agir. Le gouvernement doit s’engager dans une stratégie de lutte contre le racisme», clame Alexandra Pierre, membre du conseil d’administration de la Ligue des droits et des libertés. Comme elle, une vingtaine de représentants d’organismes ont tenu mercredi à «interpeller» le premier ministre Philippe Couillard et à lui rappeler «l’urgence» de créer une commission sur le racisme systémique.

Soutenue par Québec Solidaire et Projet Montréal, cette demande a été lancée au mois d’avril 2016, afin de lutter notamment contre le profilage racial, la discrimination et le manque de représentativité dans la fonction publique. L’attentat de Québec, qui a fait six victimes de confession musulmane, illustrerait une nouvelle fois la nécessité d’une telle mesure, croit cette coalition.

«J’ai grandi à Québec et ce problème existe depuis très longtemps, avance Émilie Nicolas, l’une des porte-parole de cette coalition. Lorsqu’on soulève cette question, on se fait dire qu’on exagère, que c’est marginal. On ne peut plus se mettre la tête dans le sable, il faut une prise de conscience.»

La coalition pour l'égalité et contre le racisme systémique

Écoute et compréhension des problèmes rencontrés par les minorités, telles sont les demandes de cette coalition qui souhaite sensibiliser citoyens et pouvoirs publics. Une initiative appuyée par la section d’Amnistie internationale au Canada francophone.

«Ces problèmes existent et beaucoup de membres de ces communautés ont des choses à dire, assure Béatrice Vaugrante, directrice de l’organisme, signataire de cette demande. Le gouvernement fait preuve d’ignorance s’il ne crée pas cette commission qui permettrait d’écouter et de connaître les attentes des personnes touchées. C’est une question d’égalité, tout le monde a le droit d’accéder à ses rêves. On ne peut continuer à faire l’autruche.»

Il appartient à la classe politique de nommer les maux qui permettent, encore aujourd’hui, que naisse l’intolérance et la haine dans notre société. Le racisme systémique existe au Québec et il rime avec stigmatisation, exclusion et judiciarisation» – Amir Khadir, député (Québec Solidaire), qui a déposé mercredi une motion à l’Assemblée nationale

«Dresser un portrait de la situation»
Face à l’augmentation sensible des crimes haineux constatée au Québec et les récentes mesures orchestrées par Donald Trump, cette coalition espère «des mesures préventives». «On a l’occasion de montrer l’exemple, imagine le documentaliste Will Prosper. Il y a une montée du populisme et de l’extrême-droite dans le monde occidentale. Le Québec peut entamer cette lutte contre cette flambée dangereuse, mais ça commence par dresser un portrait de la situation. Il y a urgence.»

Interpellé dans un point de presse mardi, Philippe Couillard a reconnu qu’«il y a beaucoup de progrès à faire au Québec». En août dernier, il promettait une réflexion «sérieuse» pour la création d’une telle commission. Cette coalition espère le lancement cette commission d’ici septembre.