Soutenez

Le maire Denis Coderre ouvre la porte à un péage autour du centre-ville

Photo: Sylvie-Ann Paré

Le maire de Montréal n’est pas opposé à l’instauration éventuelle d’un péage pour les automobilistes souhaitant entrer au centre-ville. Celui-ci permettrait de financer notamment le transport public.

Citant l’exemple de Londres, qui a adopté le péage urbain en 2003, Denis Coderre a évoqué jeudi «une option qui pourrait être inspirante», en marge d’une conférence sur la lutte aux changements climatiques organisées par le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM).

Un débat sur ce sujet
Le maire de Montréal était pourtant opposé à l’installation d’un tel système sur le nouveau pont Champlain, comme cela avait un temps été envisagé avant que le gouvernement de Justin Trudeau n’y mette son veto fin 2015.

«Cet argent ne servait pas aux transports en commun mais à repayer une infrastructure qu’on n’aurait jamais dû payer une deuxième fois. C’est pour ça qu’on s’est battu contre», a indiqué Denis Coderre au cours d’une mêlée de presse.

Promettant «un débat» sur ce sujet, le maire de Montréal veut «réfléchir à toutes les options» afin «d’assurer la pérennité du financement du transport en commun.»

Un sentiment partagé par l’environnementaliste Steven Guilbeault, confondateur de l’organisme Équiterre. «Pour l’instant, ces transports en commun sont notamment financés par une taxe sur l’essence, a-t-il décrit, interrogé par Métro. Mais plus on va réduire notre dépendance au pétrole, moins il y aura de financement disponible. Il faut commencer à penser à de nouvelles sources de financement.»

«On est à la croisée des chemins. Tous les incitatifs qu’on va proposer [pour abandonner les voitures] vont changer les mentalités.» – Denis Coderre, maire de Montréal

«Briser certains tabous»
Si le maire de Montréal n’a avancé aucune date ou moyen logistique pour instaurer un tel dispositif, Jean-François Barsoum, expert en transport intelligent, a jugé cette mesure «inévitable».

«On vit un virage avec les voitures électriques qui va accélérer cette réflexion, a expliqué le chef du groupe conseil Écologie et innovation de IBM. Ça permettrait de désengorger les ponts et les tarifs pourraient varier en fonction des heures de pointe et du type de véhicule utilisé.»

Reste à convaincre les Montréalais d’une initiative qui pourrait être impopulaire à ses débuts. «Les gens n’aiment pas le changement, a confirmé Steven Guilbeault. Mais il faut briser certains tabous et étudier cette idée de façon sérieuse.»

Même si les ventes de VUS ne cessent de grimper ces derniers mois, Denis Coderre, compte «changer les mentalités». Pour y parvenir, il mise notamment sur le prochain Réseau électrique métropolitain (REM) qui devrait être achevé d’ici 2021 avec la création de trois stations au centre-ville, mais aussi la mise en place de «stationnements incitatifs» à proximité de grands axes de transports en commun.

De son côté, Projet Montréal a réclamé «une étude sur la question», tout en dénonçant «l’improvisation» de Denis Coderre. «Le maire s’invente de nouvelles positions en fonction de son auditoire et de l’humeur du moment. Une année, il est pour les péages, l’autre année il est contre. Ça manque de vision, de cohérence et de crédibilité», a réagi Marc-André Viau, attaché de presse du parti de l’opposition officielle.

En plus de Londres, Göteborg (Suède), Oslo (Norvège), Sydney (Australie) ou encore Singapour ont notamment installé un tel dispositif pour réduire la circulation automobile dans leur centre-ville.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.