Montréal
16:17 28 août 2017 | mise à jour le: 29 août 2017 à 12:11 temps de lecture: 3 minutes

Le rodéo urbain ne reviendra pas à Montréal

Le rodéo urbain ne reviendra pas à Montréal
Photo: Mario Beauregard/Métro

Le maire de Montréal a annoncé lundi que le rodéo urbain, dont la première édition s’est tenue en fin de semaine, ne reviendra pas dans les rues du centre-ville l’année prochaine.

«Je ne sais pas qui a parti ça», a brièvement répondu Denis Coderre, qui n’a pas voulu s’attarder davantage sur ce sujet. Ce dernier a cependant reconnu qu’il n’était pas question «de faire ça annuel». «C’est encore une raison pour se faire entendre, j’imagine», a lancé le maire de Montréal. Ce dernier n’a d’ailleurs pas assisté à cet événement, a confié son attaché de presse, Marc-André Gosselin.

Cette réaction intervient alors que les organisateurs de l’événement, qui s’est tenu dans le Vieux-Port, sur le quai Jacques-Cartier, du 24 au 27 août, ont laissé entendre, auprès de différents médias, leur volonté de revenir à Montréal l’an prochain.

Assistance moins importante que prévue
Selon TKNL, producteur de cet événement, cette édition aura néanmoins été «une réussite sur toute la ligne». Dans un communiqué de presse publié lundi après-midi, le chiffre de 35 000 spectateurs durant cette fin de semaine a été avancé. Un bilan pourtant moins élevé qu’attendu, puisque 10 000 personnes supplémentaires étaient espérées, avait confié à Métro Maxime Lefebvre, le producteur de TKNL.

«Les organisateurs auront gagné leur pari de créer un événement unique, authentique et fidèle à la culture western», peut-on lire. Un «taux d’assistance des rodéos» de «80%» est également avancé, même si les tribunes ont parfois été assez clairsemées. La soirée de samedi aurait également affiché complet.

TKNL n’a cependant pas répondu aux demandes d’entrevue, afin de réagir notamment aux commentaires du maire de Montréal.

La SPCA satisfaite
Ce rodéo urbain avait suscité la controverse et de nombreux citoyens et organismes, dont la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal, avaient fait part de leur vive opposition. Une manifestation a d’ailleurs été organisée chaque jour, à proximité de l’événement mis en place dans le cadre des événements du 375e anniversaire.

«On est très heureux d’apprendre cette nouvelle, a confié Sophie Gaillard, l’avocate de la SPCA. Mais il existe toujours d’autres rodéos au Québec, avec des techniques parfois plus barbares. Notre combat pour le bien-être des animaux est loin d’être terminé.»

Afin de faire interdite ces rodéos dans la province, la SPCA compte s’appuyer sur les observations des trois experts mandatés par le professeur de droit Alain Roy, chargés d’évaluer de la dangerosité ou non des rodéos. Ce dernier avait obtenu un accès illimité au site montréalais en échange du retrait de l’arrêt des procédures judiciaires entamées au printemps pour faire annuler cet événement.

Mais avant de dévoiler ce rapport, ces experts vont se pencher sur le prochain Festival western de St-Tite, prévu début septembre, produit également par TKNL.

«Il y a aura beaucoup d’images vidéo à analyser avant que les trois spécialistes [un vétérinaire, un comportementaliste et un photographe] ne remettent leur rapport au comité paritaire chargé de se pencher sur la question», indique Me Roy. Ce rapport devrait être rendu public vers le milieu de l’automne.

Avec Mathias Marchal

Articles similaires