Montréal

Une pétition pour réclamer un meilleur service sur la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes

Photo: Josie Desmarais

L’organisme de défense des droits des usagers du transport en commun, Trajectoire Québec, a lancé lundi une pétition afin d’exiger que le service de train de banlieue sur la ligne Deux-Montagnes soit améliorée.

Pas moins de 245 retards ont été enregistrés sur cette ligne de train de banlieue en 2018 en date du 23 janvier dernier, ce qui fait que le taux de ponctualité se situait à 71,8%. C’est beaucoup plus bas de ce à quoi les usagers de cette ligne sont habitués puisqu’en 2016, le taux de ponctualité s’élevait à 97% et en 2017, à 95,52%.

Pour le directeur de Trajectoire Québec, Philippe Cousineau Morin, cette pétition doit susciter une prise de conscience de la part du transporteur, le Réseau de transport métropolitain (RTM).

«Je pense que le transporteur n’a peut être pas mesuré l’ampleur de la grogne et de la déception des utilisateurs, qui nous disent qu’ils aiment le service, mais que les retards à répétition, les trains bondés, ça devient très lourd au quotidien», a dit M. Cousineau Morin. Selon ce dernier, le RTM devrait au moins communiquer les raisons de ces retards aux usagers.

C’est aussi ce que pense Vanessa Normand, qui emprunte la ligne Deux-Montagnes tous les jours depuis dix ans. Elle a dit avoir vécu un mois de janvier «complètement atroce», avec des retards matin et soir, de la congestion, des trains annulés et des arrêts dans le tunnel du mont Royal qui ont parfois duré vingt minutes. Si la situation est revenue à la normale au début du mois de février, les choses se corsent depuis une semaine. «Ça a recommencé avec les mêmes types de problèmes», a-t-elle constaté avec lassitude.

Pour cette usagère, la communication du RTM sur tous ces retards ne passe plus. «Ça nous fait rire maintenant, mais en janvier, on nous a dit que des nouvelles locomotives seront mises en place pour réparer les trains en panne. Le 14 février, la raison des retards, c’était qu’il y avait des problèmes sur les nouveaux trains», a raconté Vanessa, en gardant le sourire.

L’accumulation des retards commence à créer un sentiment de colère, a expliqué Vanessa, qui sent la grogne monter chez les usagers en ce moment. «Les gens sont fâchés, ils font demi-tour, prennent leurs voitures ou rentrent travailler chez eux quand ils le peuvent. On entend souvent des gens dire « RTM : retards des transports métropolitains »», a-t-elle relaté avec humour.

Philippe Cousineau Morin craint pour sa part que rien ne soit fait avant cinq ans, soit jusqu’à ce que le Réseau express métropolitain (REM) entrera en service. «Ce serait triste qu’on nous dise qu’on aura de nouveaux trains dans cinq ans et que d’ici là, on ne fasse rien», s’est-il désolé.

Trajectoire Québec demande au Réseau de transport métropolitain (RTM) de remédier rapidement à la situation. Il réclame entre autres que des services de navettes soient mis en place en cas de panne afin de permettre aux usagers du train de banlieue de se rendre à bon port. Ils souhaitent aussi que des mesures de compensations soient mises en places en cas de retards récurrents.

Par voie de communiqué, le RTM a indiqué être à pied d’oeuvre pour améliorer la situation, et que le retour de la ponctualité était la «priorité». Dans les prochaines semaines, indique le communiqué, le RTM rendra public un plan d’action très attendu par les usager, pour proposer des mesures concrètes pour améliorer la ponctualité. Le transporteur n’a pas avancé de solution à cours terme pour l’instant, il compte plutôt communiquer avec les usagers sur les mesures mises en place depuis janvier.

Articles récents du même sujet