Montréal
13:46 18 septembre 2018 | mise à jour le: 18 septembre 2018 à 13:46 temps de lecture: 3 minutes

Montréal: Pas d’interdiction du chauffage au mazout pour l’instant

Montréal: Pas d’interdiction du chauffage au mazout pour l’instant
Photo: Collaboration spéciale

Alors que l’opposition, Ensemble Montréal, souhaitait que la Ville de Montréal interdisse le chauffage au mazout dans les maisons montréalaises d’ici 10 ans, l’administration municipale n’a pas voulu s’engager pour l’heure.

Au conseil municipal, mardi, le responsable de l’environnement au comité exécutif, Jean-François Parenteau, a proposé un amendement à la proposition de l’opposition qui ne mentionnait pas de date d’entrée en vigueur de l’interdiction. M. Parenteau a dit préférer «un plan global». «Sur le principe, je ne suis pas en désaccord», a-t-il soutenu. Toutefois, il n’a pas voulu s’engager dans un projet de règlement pour l’instant.

«Je trouve ça totalement inacceptable. J’aurais pu comprendre une autre date, mais cet amendement est tout à fait contraire à la motion. C’est une promesse très vague. Il faut une date précise pour les citoyens. Il faut être décisifs», a pesté le porteur de la motion, le conseiller de Saint-Léonard Ouest, Dominic Perri.

Le projet de règlement a finalement été renvoyé en commission permanente, à la demande de M. Parenteau.

En plus d’obliger les personnes ayant un chauffage au mazout à le changer d’ici 2028, le règlement visait également à imposer dès maintenant une interdiction d’installer des systèmes de chauffage au mazout dans les nouvelles constructions et dans le cas de rénovations majeures. «L’administration précédente a ciblé le chauffage au bois, en interdisant les poêles et foyers au bois [sauf ceux peu polluants], un règlement qui entrera en vigueur le 1er octobre. Le mazout, c’est trois fois plus polluant que le chauffage au bois», avait souligné M. Perri.

Selon le dernier inventaire des émissions de GES de la Ville de Montréal, le mazout représentait en 2014 seulement 6,43% de l’énergie consommée par le secteur résidentiel, mais 28% des émissions de GES de ce même secteur.

Québec offre déjà une subvention aux citoyens qui souhaitent se défaire de leur système de chauffage au mazout. Elle est de 1275$ pour une maison unifamiliale, de 875$ par logement pour un duplex ou un triplex, ou de 550$ par logement pour les immeubles plus grands.

Ensemble Montréal souhaite que les subventions soient haussées ou que la Ville de Montréal instaure son propre incitatif financier pour que les citoyens fassent le changement vers un système moins polluant.

Articles similaires