Soutenez

Martin Dumont: un contre-interrogatoire qui vole bas

Photo: Métro

L’avocat d’Union Montréal s’est attaqué à la crédibilité du témoin de la commission Charbonneau, Martin Dumont, ancien organisateur du parti du maire. Me Denis Gallant de la commission a dû s’interposer pour faire cesser ce qu’il a qualifié de «campagne de salissage».

Me Michel Dorval, avocat d’Union Montréal a soulevé qu’en 1999, M. Dumont avait démissionné de son poste de commis d’une épicerie pour un vol à l’étalage. Le témoin a précisé qu’il avait plaidé coupable et avait reçu une absolution inconditionnelle.

L’avocat lui a demandé de confirmer si la nourriture volée était destinée au comité de campagne de Jacques Duchesneau. M. Dumont, qui a été candidat en 1998 pour le parti Nouveau Montréal dont le chef était M. Duchesneau, a fermement nié. Il a fait remarquer que le vol est survenu à l’automne 1999, donc un an après la campagne électorale.

«C’est une campagne de salissage», s’est interposé Me Gallant. «Je ne peux m’empêcher de vous faire remarquer que ce n’est pas correcte, ce vous venez faire», a renchérit la présidente Charbonneau s’adressant à l’avocat du parti du maire.

Le coup de grâce est survenu lorsque Me Dorval a révélé que M. Dumont avait déjà consulté un site porno sur ses heures de bureau. M. Dumont a de nouveau reconnu les faits et avait offert sa démission qui avait été refusée.

Sur ce, Me Gallant a perdu patience et demandé la fin du contre-interrogatoire. Au retour de la pause du midi, Me Dorval a affirmé qu’il avait terminé.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.