Montréal

Le cellulaire permis dans les hôpitaux de la métropole

Les Montréalais n’auront plus besoin de se cacher pour utiliser leur téléphone cellulaire dans les hôpitaux. La majorité des établissements de santé ont déjà révisé leur politique à cet égard ou sont en train de le faire.

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a annoncé jeudi que les patients et les visiteurs des six hôpitaux qu’il regroupe – l’Hôpital général de Montréal, l’Hôpital Royal Victoria, l’Hôpital de Montréal pour enfants, l’Hôpital neurologique de Montréal, l’Institut thoracique de Montréal et l’Hôpital de Lachine – ont désormais le droit d’utiliser leur téléphone cellulaire à l’intérieur des institutions.

[pullquote]

Un projet pilote a permis à la direction d’évaluer l’utilisation du téléphone cellulaire et de confirmer que les ondes des téléphones cellulaires modernes ne créent plus d’interférence avec les appareils médicaux. Les restrictions ont donc été levées dans la plupart des salles d’attente, des cliniques et des salles destinées aux patients. Certaines zones, comme le bloc opératoire ou les soins intensifs, continueront toutefois d’interdire l’utilisation de ces appareils.

«On demande aux gens d’être respectueux, de ne pas parler trop fort et de mettre leur sonnerie en mode vibration, pour ne pas déranger les patients», précise Martin Fiset, consultant sur la gouvernance en sécurité au CUSM, qui a participé au projet pilote et à l’élaboration de la politique. Un réseau Wi-Fi est également en fonction sur la plupart des sites.

Le CUSM n’est pas le seul à franchir cette étape. En effet, le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) a adopté une politique semblable le 24 septembre dernier, après une évaluation des risques. Il est donc maintenant permis d’utiliser son cellulaire dans la majorité des zones des hôpitaux Saint-Luc, Notre-Dame et Hôtel-Dieu.

Le directeur général associé du CHUM, Yvan Gendron, ajoute qu’un règlement encadre l’utilisation du cellulaire, en ce qui concerne les comportements à adopter ainsi que le respect de la confidentialité. «Je pense qu’il était vraiment temps qu’on passe à une autre étape, précise-t-il. De toute façon, les gens le faisaient quand même, et c’était difficilement gérable.»

Pour le reste des hôpitaux de l’île, la situation dépend de chaque établissement. Du côté de l’Hôpital Jean-Talon, techniquement, il est toujours interdit d’utiliser son téléphone cellulaire partout dans l’hôpital. Toutefois, la chef des communications au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Cœur-de-l’île, Sylvie Lanthier, précise que la politique est présentement en train d’être révisée. Le téléphone cellulaire sera interdit dans les zones où il y a des équipements médicaux seulement, et permis avec certaines restrictions dans le reste de l’établissement.

Même son de cloche du côté de l’Hôpital Sacré-Cœur, où l’utilisation du cellulaire est pour l’instant interdite, mais pratiquée avec souplesse, explique la coordonnatrice du service des communications, Josée Michel-Simard. La politique entourant cette pratique est par contre en train d’être étudiée, et pourrait être modifiée au cours de la prochaine année.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *