Soutenez

Des arrondissements de Montréal contre la consommation de pot dans les lieux publics

Photo: Josie Desmarais/Métro

Cinq arrondissements montréalais pourraient interdire la consommation de cannabis dans les lieux publics. De son côté l’administration de Valérie Plante veut attendre la position du nouveau gouvernement de François Legault.

Des élus faisant partie de l’opposition officielle, Ensemble Montréal, ont fait une sortie publique mercredi, à l’hôtel de ville au sujet de la légalisation du cannabis récréatif qui entrera en vigueur le 17 octobre.

«Il y a des enjeux significatifs qui touchent nos policiers, nos employés, l’espace public et il y a des parents qui nous ont exprimé leur inquiétude», a déclaré le maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa, qui déplore le manque de communication de l’administration Plante dans ce dossier.

Saint-Laurent a déjà entamé des démarches pour modifier son Règlement sur la paix publique et l’ordre social afin d’interdire la consommation de cannabis dans les parcs et les rues de son territoire. Saint-Léonard songe à faire de même. «On reçoit beaucoup de questions de parents préoccupés qui ne veulent pas que leurs enfants soient exposés», a souligné le conseiller de Saint-Léonard, Dominic Perri qui souligne que les neuf écoles de son arrondissement sont collées à des parcs. «En tant qu’élus, notre rôle est de nous assurer que la qualité de vie de nos résidents n’est pas affectée», a jouté Dimitrio Beis, maire de Pierrefonds-Roxboro dont l’arrondissement interdit déjà de fumer dans les parcs cet été, mais pourrait aussi l’étendre à tout le domaine public.

Du côté de Montréal-Nord, le conseiller Abdelhaq Sari a mentionné que l’arrondissement consulterait les organismes locaux et la direction du poste de quartier pour étudier la meilleure marche à suivre dans ce dossier. Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles y songerait aussi.

L’élue Rosannie Filato, qui suit le dossier au sein de l’administration de Valérie Plante, assure que «Montréal est prête» selon le cadre établi par le gouvernement de Philippe Couillard, qui interdisait de fumer dans les abribus, les terrains sportifs et autour des parcs de jeux pour enfants.

À l’image de villes telles que Sherbrooke ou Québec, les arrondissements dirigés par l’opposition adoptent une réglementation du cannabis similaire à celle de l’alcool dans les lieux publics étant donné qu’il y a possibilité d’intoxication.

D’un point de vue réglementaire, l’administration Plante, elle, aborde le pot au même titre que du tabac. La mairesse présentera son plan d’action la semaine prochaine après avoir effectué des vérifications auprès de l’équipe de M. Legault sur les orientations il comptait adopter.

En campagne électorale,ce dernier avait indiqué sa volonté de resserrer la réglementation en interdisant la consommation à tous les lieux publics au Québec, voire même en faisant passer l’âge légal pour en consommer à 21 ans au lieu de 18 ans actuellement.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.