Montréal

Nouveau concept pour l’édifice culturel fait avec de vieux wagons de métro

Photo: Collaboration spéciale/Rayside Labossière

Le bâtiment construit avec de vieilles voitures de métro sera finalement installé sous un édifice de verre et coûtera autour de 7M$.

C’est ce qu’ont indiqué mardi les frères Morin-Bordeleau, qui sont derrière ce projet visant à mettre en valeur les jeunes talents d’ici dans les domaines des arts, du design et de la gastronomie.

Après avoir accueilli 80 000 visiteurs lors de 250 évènements cet été, le long du canal de Lachine, les voitures sont désormais de retour à l’entrepôt, après un projet pilote jugé réussi.

«Les wagons seront superposés dans une structure sur trois étages et protégés par une construction de verre pour rendre le lieu accessible en toute saison et créer un lieu de vie transparent et vert qui s’intègre harmonieusement à un parc», mentionne Frédéric Morin-Bordeleau.

À la suite de la consultation publique sur l’aménagement des parcs de l’arrondissement du Sud-Ouest, l’équipe de MR-63 et les architectes de Rayside Labossière travaillent sur l’intégration potentielle du bâtiment MR-63 dans l’environnement du terrain situé au coin des rues Peel et Otawa. «On occuperait environ le tiers de la place publique de 12 000 pieds carrés qu’on aurait le mandat d’animer», explique M. Morin Bordeleau.

Lors d’une réunion participative tenue en mai dernier, les 92 citoyens présents ont indiqué préférer le concept de place, soit bordée d’arbres avec un bassin d’eau miroir qui pourrait être vidé afin de favoriser la tenue d’évènements. Certains d’entre eux ont néanmoins exprimé des craintes en raison des bruits occasionnés par de tels évènements dans un milieu densément habité.

S’ils arrivent à réunir la somme de 7M$ auprès de leurs partenaires privés et publics, les travaux pourraient débuter à l’été 2020 afin que l’édifice puisse ouvrir en 2021.

En attendant, les deux co-fondateurs, Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau, invitent les citoyens à les soutenir en devenant symboliquement co-fondateurs, avec eux, du bâtiment permanent. L’appel lancé sur la plateforme Ulule a jusqu’ici permis de rassembler 1146 personnes qui verront leur nom gravé dans la pierre du futur bâtiment permanent.

Articles récents du même sujet