Montréal
10:15 23 octobre 2018 | mise à jour le: 23 octobre 2018 à 15:14 Temps de lecture: 2 minutes

Ligne rose: Valérie Plante a créé un «climat de tension» avec le gouvernement, juge l’opposition

Ligne rose: Valérie Plante a créé un «climat de tension» avec le gouvernement, juge l’opposition
Photo: Josie Desmarais/Métro

Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Lionel Perez, a accusé mardi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, d’avoir créé «un climat de tension avec le gouvernement» du Québec dans le dossier de la ligne rose.

En cette deuxième journée de la séance mensuelle du conseil municipal, Ensemble Montréal a encore une fois critiqué les relations de l’administration montréalaise avec le gouvernement Legault.

À propos du bureau de la ligne rose, dont la création a été annoncée hier, M. Perez a soutenu que Mme Plante mettait le gouvernement «devant le fait accompli». «Elle essaie de rentrer la ligne rose dans la gorge [du gouvernement]», a-t-il ajouté.

Il lui a demandé d’adopter un «ton plus conciliant». Lionel Perez croit qu’en négociant ce dossier sur la place publique, la mairesse se butera à des réponses publiques de la Coalition avenir Québec.

Mardi, la ministre responsable de la métropole, Chantal Rouleau, a affirmé être contre le projet de ligne rose «tel que présenté». «Le ministre des Transports, [François Bonnardel] a affirmé au téléjournal que la ligne rose n’était pas dans les plans à court, moyen ou long terme», a souligné Lionel Perez.

La mairesse s’est défendue d’être ferme sur ce dossier. «L’année dernière, Ensemble Montréal qui était Équipe Coderre et disait que je ne serais pas à la hauteur, que je n’arriverais pas à négocier. Moi je dis aux Montréalais: “Vous voulez du transport collectif? Moi aussi, et je vais me battre pour vous”», a rétorqué Valérie Plante.

Elle affirme que les études faites par le bureau de la ligne rose sont «nécessaires» pour que «la population puisse en profiter au maximum». «La ligne rose je veux que soit des quartiers qui sont enclavés qui en profitent. Ça demande des études», a-t-elle insisté.

Articles similaires