Montréal

Denis Coderre intéressé à revenir en politique municipale

Denis Coderre intéressé à revenir en politique municipale
Photo: Josie Desmarais/Métro

L’ancien maire de Montréal, Denis Coderre, n’exclut pas un retour en politique.

Au cours d’une entrevue avec l’animateur Alain Gravel, sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada, il a affirmé mardi être «toujours intéressé par l’émancipation de sa ville». «C’est pas exclu, mais ce n’est pas envisagé pour l’instant», a-t-il précisé. Il a ajouté plus tard, au cours de l’entrevue, qu’il «regarde les options» sur la scène municipale.

M. Coderre a indiqué occuper des emplois «extrêmement valorisants», notamment comme conseiller chez Stingray et au sein de la Fondation de l’Hôpital juif de Montréal. Il vient tout juste d’être nommé comme médiateur au sein du Réseau mondial des élus francophones. Il a confié également écrire un livre sur la diplomatie urbaine.

Des rumeurs circulent voulant qu’il soit intéressé par la chefferie du Parti libéral du Québec. Denis Coderre a éclaté de rire, les démentant du même coup. Il a aussi fermé la porte à un retour à Ottawa. «Je ne me représenterai pas au fédéral. J’ai donné», a dit celui qui a passé pas moins de 16 ans sur la colline parlementaire.

Denis Coderre a refusé de commenter la première année de l’administration de Valérie Plante à la tête de Montréal. «Je vais respecter ce que la population a décidé», a-t-il dit, en ajoutant qu’il ne voulait pas «jouer les belles-mères». Il n’a pas non plus voulu revenir sur les explications de sa défaite électorale.

Il a plutôt défendu le bilan de son administration. «On a redonné une fierté à Montréal, a-t-il lancé. On a redonné un élan à la métropole. On a redonné une gouvernance à Montréal avec l’inspecteur général. Il faut être fier de ce bilan.» Il a donné également comme exemple l’adoption du statut de la métropole et le rayonnement de Montréal sur la scène internationale.

Pour ce qui est des courses de la Formule E, M. Coderre a dit «être très fier» d’avoir attiré cet événement à Montréal. Il a concédé qu’«une erreur majeure» a été commise «parce que [son administration] n’a pas donné le nombre de billets» vendus.

S’il avait été réélu à la tête de Montréal, l’ancien maire aurait maintenu les courses de la Formule E dans la métropole.

«Je prends les blâmes – je n’ai pas de problème avec ça –, mais la vision et les façons de faire nous emmenaient vers des lendemains plus heureux», a-t-il insisté.

Valérie Plante souhaite attendre

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, n’a pas été étonné par les propos de M. Coderre. «Il n’a pas dit la même chose il y a six mois? Il le redira dans six moi, a-t-elle ironisé. Mois je suis là pour quatre ans et j’ai un travail à faire. Je verrai bien qui seront mes opposants quelques mois avant les élections.»