Montréal

La réflexion sur l’avenir du parc Jeanne-Mance est lancée et sera… animée

La réflexion sur l’avenir du parc Jeanne-Mance est lancée et sera… animée
Photo: Charlotte Lopez | Métro MédiaDes arguments de sécurité publique sont mis de l’avant pour expliquer la fermeture de ce terrain.

Après le parc La Fontaine, c’est au tour du parc Jeanne-Mance de faire l’objet d’une consultation publique en vue de l’élaboration d’un plan directeur qui détaillera les grandes étapes de son réaménagement.

Situé au pied du mont Royal, le site inclut aussi la côte Placide où se regroupent chaque dimanche de l’été les adeptes des tam-tams.

«Le site étant un symbole et un pôle d’attraction important dans le paysage de la métropole, la pression constante de développement de ses espaces est très forte, sans compter ses aménagements vieillissants. Afin de planifier et d’aménager le site sans le dénaturer, la Ville de Montréal élabore actuellement un plan directeur», a indiqué dans un communiqué de presse Luc Ferrandez, l’élu responsable des grands parcs et des espaces verts à la Ville Montréal.

L’été dernier, la Ville avait consulté diverses organisations sportives et événementielles œuvrant dans le secteur. Celles-ci avaient notamment mentionné le manque de sanitaires adaptés, l’absence d’espaces de rangement et l’inexistence d’infrastructures pour se rassembler.

Montréal veut désormais consulter la population au cours de trois séances, qui se tiendront à partir du 18 mars. Après une séance de présentation ce lundi, les citoyens pourront discuter le 25 mars de l’aspect paysager du site et notamment «comment assurer et maintenir la transition paysagère entre la ville et la montagne». Le 27 mars, la rencontre portera sur «les activités et les interventions dans un site d’exception».

Cette dernière soirée promet d’être animée étant donné que plusieurs joueurs de balle molle sont à couteaux tirés avec M. Ferrandez, depuis que l’administration du Plateau-Mont-Royal ait décidé de démanteler l’un des deux terrains de balle-molle à cause de risques pour la sécurité. Selon leur plainte déposé à l’ombudsman, «la Ville est biaisée dans son approche de consultation, car elle refuse de considérer le réaménagement du terrain, même si on démontre la valeur et la faisabilité d’un tel réaménagement. Pourtant, la Ville est encore dans un processus de consultation et pourrait utiliser cette opportunité pour considérer des solutions d’aménagement avec la communauté».

Les opposants qui comptent bien se faire entendre pendant la consultation publique ont jusqu’ici obtenu 10 280$ en dons pour tenter de faire renverser la décision par un pourvoi en contrôle judiciaire. Marie-Claude Lacerte, qui pilote le dossier des joueurs mécontents, ne s’attend pas à ce que leur dossier soit évalué par un juge avant l’automne.

Consultation
-Le processus de consultation est similaire à celui mené au parc La Fontaine de 2016 à 2018
-Le plan directeur du parc Lafontaine a obtenu récemment le prix de l’Association des architectes paysagistes du Canada

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *