Montréal

«Nettoyage ethnique»: une plainte déposée à la CMQ contre le maire d’Hampstead

«Nettoyage ethnique»: une plainte déposée à la CMQ contre le maire d’Hampstead
Photo: La Presse canadienneLe maire d'Hampstead, William Steinberg

Une plainte a officiellement été déposée mardi à la Commission municipale du Québec (CMQ) pour les propos qu’a tenus le maire d’Hampstead William Steinberg la semaine dernière, quand il a affirmé que le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État était une forme de «nettoyage ethnique».

«Pour moi, on vient d’allumer le feu avec du gaz, a expliqué Jean-François Racine en entrevue à Métro. Quand j’ai vu passer ça, je me suis dit qu’il fallait que quelqu’un se lève pour lutter contre les extrêmes. Il faut passer le mot pour l’égalité et la justice partout dans notre métropole.»

Dénonçant des propos «intolérants» à quelques jours d’une manifestation prévue ce dimanche contre le projet de loi, le Montréalais condamne que M. Steinberg «ait signé le contrat de ses mots» hier sur les ondes de Radio-Canada, refusant de s’excuser, en parlant dorénavant d’un «nettoyage ethnique, mais pacifique». «Ce sont deux mots qui ne vont pas du tout ensemble, donc d’aller dire ça à heure de grande écoute, c’est inacceptable», a martelé le citoyen.

Il dit avoir choisi d’aller de l’avant en s’inspirant de la présidente du conseil municipal de Montréal, Cathy Wong, qui avait déposé une plainte similaire pour les propos jugés islamophobes de la conseillère d’Anjoy Lynne Shand, le mois dernier.

«Mme Wong a communiqué avec moi hier pour me faire savoir qu’elle n’avait pas eu de retour encore pour sa plainte. Elle appuyait ma démarche, elle trouvait ça positif», a poursuivi celui qui est aussi membre du Bloc québécois. Il assure que «l’important n’est pas la rapidité avec laquelle la plainte sera traitée, mais plutôt le sérieux avec lequel ce sera fait».

Malgré tout, Jean-François Racine confie qu’il ne s’attendait pas à ce que sa plainte créé autant d’engouement.

«Tout s’est déroulé très vite, je ne croyais pas que ça allait être aussi fort. Il faut croire que la voix d’un citoyen, ça importe.» -Jean-François Racine, à propos de l’impact qu’a eu sa plainte

Le citoyen invite dans sa requête la CMQ à «enquêter sur la sévérité des propos que le maire de Hampstead a tenus vendredi dernier».

Dans un courriel dont Métro a obtenu copie, la CMQ lui rétorque que le dossier «recevra toute l’attention qu’il mérite». «La Commission peut déclencher une enquête immédiatement ou conserver ces renseignements afin de les jumeler à d’autres dans le cadre d’une enquête future», ajoute-t-on.

Montréal «souhaiterait» des excuses
Appelé à commenter le dossier, le responsable des services aux citoyens au comité exécutif, Jean-François Parenteau, a affirmé que des excuses du maire Steinberg «seraient appréciées à ce moment-ci», sans toutefois en demander de manière formelle.

«On va lui laisser la liberté de s’excuser, mais moi je souhaiterais qu’il le fasse pour garder un débat sain et aller plus loin, a poursuivi l’élu municipal. C’est important dans ce débat-là de garder de la hauteur, ça ne donne rien de rentrer dans l’émotion et de descendre plus bas. Ça doit être plus profitable pour l’ensemble des citoyens.»

«M. Steinberg a toute la légitimité et le sens moral de s’excuser s’il doit s’excuser. Je pense qu’il sent la pression de ses collègues de différents paliers gouvernementaux.» -Jean-François Parenteau

«On est mal partis selon moi», a ajouté le responsable lorsque questionné sur l’état du débat sur la laïcité, ajoutant que la Ville «respectera toujours la voix démocratique et la voix des citoyens».

De son côté, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a clairement soutenu mercredi que le maire de Hampstead devrait s’excuser. «On n’a pas besoin d’aller aux extrêmes. On peut débattre du projet de loi sans pousser trop fort», a-t-il dit.