Montréal

Climat: près de 400 groupes communautaires appellent à la mobilisation le 27 avril

Climat: près de 400 groupes communautaires appellent à la mobilisation le 27 avril
Photo: Nam Y. Huh/Associated Press

Près de 400 organismes communautaires du Québec appellent leurs membres à se mobiliser pour le climat, lors des grandes manifestations qui auront lieu le 27 avril prochain à Montréal, à Sherbrooke et un peu partout dans la province à l’occasion de la Semaine de la Terre.

«Les enjeux entourant les changements climatiques concernent tout particulièrement les personnes qu’on soutient au quotidien, c’est-à-dire les plus défavorisés de la société», explique à Métro la porte-parole du Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA), Caroline Toupin.

D’après elle, «les solutions environnementales qui sont mises de l’avant actuellement, comme les voitures électriques, sont d’abord conçues pour les gens plus privilégiés».

«Qui est le plus touché pendant une canicule? Les personnes âgées. Pendant un épisode de verglas? Les personnes handicapées qui sont emprisonnées chez elle. Qui va être touché quand le prix des aliments va augmenter? Ce seront les gens les plus pauvres qui paieront le prix», résume-t-elle, ajoutant que ces groupes sociaux «doivent pourtant être pris en compte dans le débat public».

«La pauvreté, il faut comprendre que c’est une violation des droits de l’homme.» -Caroline Toupin

Même son de cloche pour Maude Prud’homme, du Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE), qui soutient que la transition énergétique doit être pensée de manière à servir toute la collectivité. «Si on ne traverse pas ce changement de régime dans une perspective d’égalité sociale, les crises du climat vont exacerber les inégalités. Ça prend des solutions émancipatrices, porteuses de justice», résume-t-elle en entrevue.

Le RQGE dit se réjouir du fait que les préoccupations environnementales dépassent les frontières de Montréal. Des manifestations sont entre autres prévues en Outaouais, dans les Laurentides et en Estrie.

«Avec la période des crues, les gens vivent concrètement les conséquences des changements climatiques. Ça a un impact sur leur qualité de vie, leur logement, donc il y a cette prise de conscience qui est répandue», illustre Mme Prud’homme.

Entendre les besoins
D’après les deux porte-paroles, les paliers de gouvernements municipaux, provinciaux et fédéraux «n’ont plus le choix : ils doivent entendre le mouvement». «Le monde entier est en train de se mobiliser pour bousculer nos élus à faire des choix drastiques. Ce n’est plus une question qui peut être négligée», tranche Caroline Toupin à ce sujet.

Des activités «d’éducation populaire et de sensibilisation» aux inégalités sociales en lien avec les changements climatiques seront par ailleurs organisées dans plusieurs régions la semaine prochaine, peu avant la date butoir du 27 avril, pour engranger «le changement des mentalités».

Plus de 1000 personnes ont déjà confirmé leur participation à la manifestation du 27 avril à Montréal, qui partira simultanément de la place des Festivals, du parc Laurier et du parc Lafontaine. Plusieurs mouvements environnementaux, dont La Planète s’invite au Parlement, Greenpeace, la Fondation David Suzuki et Équiterre y participeront.

Rappelons qu’un mouvement mondial de grève pour le climat s’organise aussi au tournant de l’automne prochain, le 27 septembre. Un événement auquel les groupes communautaires disent déjà se préparer, à chacune de leurs assemblées générales.