Montréal
15:28 8 mai 2019 | mise à jour le: 8 mai 2019 à 16:54 temps de lecture: 3 minutes

160 000 titres gratuits de la STM seront distribués à des jeunes défavorisés d’ici 2023

160 000 titres gratuits de la STM seront distribués à des jeunes défavorisés d’ici 2023
Photo: Archives Métro

L’administration Plante a approuvé mercredi une entente de cinq ans avec la Société de transport de Montréal (STM) qui lui permettra de distribuer gratuitement quelque 160 000 titres de transport en commun à des jeunes issus de milieux défavorisés un peu partout sur l’île.

Ayant déjà fait l’objet de discussions depuis février entre les deux parties, l’accord a été ratifié par les élus du comité exécutif, mercredi en matinée.

«Ce qui a été déterminé, c’est qu’on va distribuer des titres de deux passages à utiliser le même jour, ou en groupes, afin d’aller dans un musée par exemple et revenir le même jour», explique à Métro le porte-parole de la STM, Philippe Déry.

Les arrondissements seront chargés de «déterminer les besoins en quantité dans chaque milieu» et pourront faire état de la situation auprès la STM.

«Une maison des jeunes qui aurait besoin de 20 titres de transport pour aller au musée, par exemple, va pouvoir acheminer sa demande en fonction de la quantité requise. Ce sera vraiment distribué au niveau local, selon les besoins.» -Philippe Déry, porte-parole de la STM

D’après la porte-parole du comité exécutif, Laurence Houde-Roy, «ce sont les arrondissements qui vont décider à quels organismes ils remettent les titres de transport». «Plusieurs dizaines d’organismes pourraient se voir remettre des billets qu’ils distribueront aux enfants par la suite», a-t-elle assuré, soulignant que c’est le Service de sport et loisir de l’île de Montréal (SLIM) qui coordonnera toute l’opération.

Camps de jours, écoles ou coopératives pourront également se procurer des titres auprès de la STM, afin que leurs membres aient accès au métro ou au bus pour se rendre à des activités culturelles, sportives ou éducatives.

La STM estime pouvoir faciliter de «665 000 à 1,1 millions de déplacements» par année, pour un total de plus de cinq millions de passages d’ici 2023. Une somme d’environ 6,3 M$ est investie dans le projet pour l’occasion, répartie entre la Ville et la société de transport.

Quoique très ciblée, l’initiative s’inscrit dans un contexte plus large, celui de la Politique de l’enfant de la Ville de Montréal, qui a pour but de permettre aux jeunes de «s’épanouir de l’enfance à l’adolescence».

Par cette politique, Montréal «s’engage à offrir un environnement où tous les enfants de 6 à 17 ans peuvent grandir selon leur plein potentiel». L’administration affirme que depuis son adoption, «un ensemble de mesures locales et régionales ont été mises en place progressivement pour mieux répondre aux besoins et aux réalités des enfants et des familles de milieux défavorisés».

La responsable de l’inclusion sociale, Nathalie Goulet, a affirmé mercredi lors d’une séance du comité exécutif que «le coût du transport collectif est un vrai problème pour plusieurs familles montréalaises, dont 25%, rappelons-le, qui vivent avec un faible revenu». «Ça peut même être une raison pour renoncer à une activité qui leur tient à cœur», a-t-elle ajouté.

«Le tarif régulier pour un aller-retour est de 4$ par enfant dès 6 ans, a-t-elle constaté. On parle de 400 000 passages pour les enfants au primaire et de 130 000 pour les adolescents de 12 à 17 ans qui seront fournis cette année seulement. C’est un geste significatif qui va rendre notre ville plus inclusive, plus accessible.»

Articles similaires