Montréal
15:10 4 juin 2019

Valérie Plante veut «intensifier» la réalisation du projet Céleste

Valérie Plante veut «intensifier» la réalisation du projet Céleste
Photo: Pablo Ortiz/Métro

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, compte «intensifier» la réalisation du projet d’abonnement unique à divers modes de transport alors que le projet Céleste tarde à prendre forme.

«Céleste, c’est vraiment un moyen de simplifier les déplacements des citoyens, c’est vraiment une plateforme unique qui va nous aider à savoir quoi faire et quelle est la meilleure option [pour se déplacer]», a déclaré mardi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, lors d’un point de presse tenu sur le site du sommet mondial de la mobilité durable, qui a de nouveau lieu à Montréal cette année. 

À la mi-mai, Montréal a remporté 50M$ dans le cadre du Défi des villes intelligentes, une somme qu’elle entend investir en grande partie dans la création d’une plateforme numérique qui incorporera différents services de mobilité, notamment BIXI, Communauto, le service de train de banlieue d’Exo ainsi que la plateforme LocoMotion, qui permet le partage de vélos et de véhicules entre voisins. L’usage de ces différentes alternatives à l’auto-solo sera ensuite calculé par la plateforme, qui fournira à ses usagers une seule facture mensuelle pour tous les services utilisés.

«C’est plus simple d’avoir juste une carte pour prendre le BIXI, l’auto, et l’autobus», a illustré Mme Plante, qui a également rappelé que l’organisme Stationnement de Montréal sera impliqué dans ce projet. 

Grâce à cette bourse, la Ville entend «intensifier le déploiement de ce projet», a affirmé la mairesse de Montréal, sans fournir d’échéancier pour la concrétisation de ce projet, dont le fonctionnement, qui pourrait ressembler à celui de la carte Opus, demeure à définir.

«On est très heureux qu’avec cette bourse-là, le déploiement [du projet Céleste] va se faire plus rapidement.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Retard
Lors de la présentation de ce projet, en juin 2018, le président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM), Philippe Schnobb, avait laissé entendre qu’un projet pilote serait lancé dès l’automne dernier, mais celui-ci n’a toujours pas eu lieu.

Appelée à commenter cette situation, la STM a référé Métro à l’Autorité régionale de transport métropolitain, qui est responsable depuis deux ans de la planification et du financement du transport en commun dans l’ensemble du Grand Montréal.

«La Ville nous a invité à prendre part à ce processus-là pour que le projet devienne métropolitain et pas seulement montréalais», a expliqué le conseiller en affaires publiques à l’ARTM, Simon Charbonneau. 

Ainsi, cet abonnement unique devra être issu d’une «vision commune» entre les différents services de mobilité du Grand Montréal, ce qui vient compliquer la tâche, a-t-il expliqué.

Le projet avance malgré tout, a souligné M. Charbonneau, la STM réalisant actuellement un projet pilote de «compte mobilité» qui lui permet de collecter des données sur «l’ensemble des déplacements» de certains usagers. En parallèle, l’ARTM travaille sur un projet de «paiement ouvert» afin de tester différents modes de paiement du transport en commun, notamment celui par carte de crédit, déjà testé par la Société de transport de Laval il y a deux ans.