Montréal

Laïcité: pas d’interdiction des signes religieux à la CSDM avant 2020

Laïcité: pas d’interdiction des signes religieux à la CSDM avant 2020
Photo: Pablo Ortiz/Métro

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) n’appliquera pas la loi 21 sur la laïcité avant 2020, soit en attendant que des consultations au sein de son personnel aient été menées.

Le Conseil des commissaires de la CSDM a adopté une résolution en ce sens mercredi soir, plaidant «la nécessité d’adapter de très nombreux règlements et politiques aux nouvelles prescriptions législatives».

Rappelant «l’opposition de la CSDM à ce projet de loi [21]», la proposition adoptée mercredi soir prévoit faire le tour des intervenants touchés sur le territoire couvert par la CSDM. Ces consultations auront lieu à l’hiver 2019 et au printemps 2020.

«Le Conseil des commissaires souhaite consulter les conseils d’établissement, les parents, les syndicats et les associations durant l’hiver 2019 et le printemps 2020, afin de déterminer les modifications devant être appliquées aux politiques de la CSDM», peut-on lire sur le site web de la commission.

La résolution poursuit en avançant que la loi adoptée sous bâillon dimanche fait «porter un fardeau énorme aux gestionnaires qui, selon les récents amendements apportés à la loi, risquent de subir des représailles s’ils ne se conforment pas adéquatement et uniformément à cette loi».

Consulté par plusieurs médias d’information, le gouvernement de la Coalition avenir Québec a affirmé qu’il n’était pas question de se défiler devant cette nouvelle loi.

La CSDM, la plus grande commission scolaire au Québec, compte 9000 professeurs. Dans un contexte de «pénurie majeure» en enseignement, la proposition adoptée mercredi soutient que «des centaines d’entrevues ont eu lieu ces dernières semaines (au Québec comme en Europe) et des contrats ont été signés avec des personnes sans égard à leur appartenance religieuse».

La Loi 21 vise à interdire le port de signe religieux, comme les voiles musulmans et les kippas juives, à toute personne en situation d’autorité, dont les professeurs du système public.