Montréal

La branche québécoise de Vice met la clé sous la porte

Photo: Facebook/Vice Québec

La portion québécoise du média alternatif Vice ferme ses portes. Le site Web reconnu pour sa couverture de la contre-culture québécoise avait été lancé en 2016.

Une vingtaine d’employés sont touchés par la fermeture. Selon le média, «[le] bureau de Montréal représentait moins de 0,8% des effectifs mondiaux de VICE».

«[On] centralise nos opérations canadiennes autour d’un siège social à Toronto, alors que nous développons plusieurs secteurs d’activité clés, notamment VICE Studios et VIRTUE, notre agence de publicité», a expliqué à Métro une porte-parole de VICE Canada, Britt Aharoni.

Cette «réorganisation» est selon elle «la continuation de notre plan global qui a débuté plus tôt cette année». La décision découle également d’un désir d’éliminer le «dédoublement des fonctions» au sein de l’entreprise.

Le média affirme néanmoins vouloir continuer à produire du contenu en français.

La nouvelle survient effectivement alors que le navire de l’empire Vice Media, qui abrite Vice Québec, est à la dérive. En février, le média canadien basé à New York avait remercié pas moins de 10% de sa main-d’oeuvre.

Le réseau de télédiffusion HBO a aussi coupé de sa programmation l’émission Vice News Tonight au début du mois de juin. Celle-ci avait été lancée en 2016.

Le site Web employait une trentaine d’employés. La page Facebook du groupuscule québécois, qui n’a toujours pas été fermée, rejoint plus de 150 000 personnes. Selon des informations rapportées initialement par Le Devoir, Vice Québec comptait environ 500 000 visiteurs uniques par mois en 2017.

Au début de l’année 2018, la fin d’une entente entre Rogers et le groupe médiatique avait mené à l’abolition d’une vingtaine de postes au Canada.

C’est le plus récent coup dur encaissé par l’industrie médiatique québécoise, qui vit de durs moments. Le mois dernier, le Groupe TVA a entre autres coupé près de 70 postes. Le gouvernement fédéral met toutefois l’épaule à la roue pour fournir un plan fiscal d’aide aux médias canadiens.

À l’origine, Vice était un magazine montréalais, fondé en 1994 par Shane Smith, Suroosh Alvi et Gavin McInnes. Le départ en 2008 de ces deux derniers a donné les rênes de la multinationale à Smith, qui a été président directeur général jusqu’à mars 2018. C’est l’Américaine Nancy Dubuc qui a pris sa place pour tenter de sauver Vice du péril financier.

Articles récents du même sujet