Actualités

Ça roule sur le pont Samuel-De Champlain

Ça roule sur le pont Samuel-De Champlain
Photo: Métro Média/Denis Germain

À 5h lundi matin, les feux sont passés au vert pour permettre aux premiers véhicules de rouler sur le nouveau pont Samuel-De Champlain, ouvert en direction de Montréal. «On marque l’histoire pour les 125 prochaines années, un beau cadeau pour les Québécois à la fête de la Saint-Jean», a lancé le ministre fédéral de l’Infrastructure, FrançoisPhilippe Champagne.

Presque 65 ans jours pour jours après l’inauguration de l’actuel pont Champlain, le nouveau corridor, «grand comme une piste d’atterrissage de l’aéroport Montréal-Trudeau», a été livré avec un peu plus de six mois de retard.

«C’est le plus large au monde, une structure impressionnante pour un ingénieur, a fait savoir le ministre des Transports, Marc Garneau. On peut être fier de ce projet majeur, le plus gros chantier en Amérique du Nord.»

À l’aube, sous un ciel sans nuages, un cortège de plusieurs voitures s’est mis en branle à basse vitesse. Tous ont été à même d’apprécier la vue imprenable du centre-ville de Montréal sur le pont qui est plus haut que l’ancienne structure.

«C’est une œuvre emblématique. Il y a le pont de Brooklyn associé à New York et le Golden Gate en Californie. J’espère qu’avec Samuel-De Champlain, Montréal sera reconnu à travers le monde, souhaite le ministre Champagne. On passe du 20e au 21e siècle.»

Chantier impressionnant
Il a fallu quatre ans de travaux, soit 8,5 millions d’heures, pour réaliser la traversée de 3,4 km sans péage. Quelque 2 000 travailleurs, notamment de nombreuses entreprises québécoises, ont œuvré jour et nuit, en plus de braver les vents ainsi que des écarts extrêmes de température allant de 45°C à moins 41°C.

Pour des raisons de fluidité, les ingénieurs ont décidé d’ouvrir le pont en deux temps, puisqu’il faut fermer les accès afin de terminer les raccordements. Les équipes ont mis la touche finale quelques minutes avant l’ouverture pour s’assurer que la chaussée imperméabilisée soit sécuritaire et libre de tout débris.

«On est passé sur le pont des centaines de fois pour faire en sorte que tout soit prêt à temps et que la signalisation soit parfaite», a expliqué Hugo Bourgeois, technicien en maintien et mobilité.

À 13 ans, Jenna Condé a été la plus jeune parmi les premiers passagers à fouler le nouveau pont. «Je suis fière de mon père Damalaye [des relations externes à Infrastructure Canada] et de toute son équipe. C’était un moment émotif, je n’étais jamais monté sur le pont avant. Tout est neuf, il est beaucoup plus beau que l’ancien», a dit l’adolescente.

Travaux restants
En plus de tous des raccordements pour la voie en direction sud, plusieurs travaux restent encore à être complétés sous la structure. «Nous devons faire des retouches de peinture et du paysagement. Il ne devrait pas y avoir d’entraves pour les automobilistes», soutient Gregorio Munoz, directeur des opération entretien et mobilité pour Signature sur le Saint-Laurent (SSL).

La piste multifonctionnelle sera ouverte cet automne. En octobre, les travaux pour le Réseau express métropolitain débuteront, dont une station sera à L’Île-des-Sœurs.

Les usagers et les Insulaires ne sont donc pas au bout de leur peine puisque s’amorceront aussi sous peu les travaux de déconstruction de l’ancien pont Champlain.

«L’idée a été lancée de donner un morceau du pont, a dévoilé le ministre Champagne. Des artistes ont aussi demandé à reprendre l’acier pour en faire des œuvres représentant Montréal. On est en train de voir comment on va pouvoir procéder parce qu’on va recycler tous les matériaux pour être respectueux de l’environnement.»

Quant aux pénalités en raison des retards, des négociations sont en cours, mais il est possible que tout se solde devant les tribunaux. Le contrat de 4,2 milliards de dollars devait être initialement terminé en décembre 2018. Des pénalités de 100 000$ par jour sont prévus pour les 7 premiers jours et 400 000$ pour les jours subséquents, pour un maximum de 150 M$.