Montréal

Une injonction pour empêcher le transfert d’écoles

Une injonction pour empêcher le transfert d’écoles
Photo: Archives | Audrey GauthierLes élèves de l'école John Paul I seront transférés à Laurier MacDonald si la demande d'injonction échoue.

La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) vient de déposer une demande d’injonction afin d’empêcher le transfert de deux de ses écoles vers la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPI). Un dernier rebondissement dans une saga qui s’étire depuis des semaines.

C’est jeudi matin que la CSEM saura si sa demande d’injonction est acceptée par la Cour. Celle-ci serait d’une durée de 10 jours. « Ce délai nous permettrait de demander un autre recours afin de garder les écoles, résume le porte-parole de la CSEM, Michael Cohen. Si on perd jeudi, par contre, tout est fini, le déménagement aura lieu. »

Le 27 juin dernier, dans une lettre envoyée aux parents de la CSEM, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait confirmé le transfert des écoles General Vanier et John Paul I de la CSEM vers la CSPI pour la prochaine rentrée scolaire. Une décision qui avait soulevé l’indignation de la communauté anglophone.

Dans sa demande, la CSEM se base sur l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, argumentant que cette décision vient brimer ses droits. L’article en question garantit le droit à une instruction dans la langue de la minorité (anglophone ou francophone, selon les provinces).

La CSEM avait déjà mentionné auparavant qu’elle étudierait la possibilité de porter la décision devant les tribunaux. La Commission ne peut commenter le contenu de l’injonction tant qu’elle est étudiée par la Cour.

Préparer une alternative
Si le transfert a effectivement lieu, les 303 élèves de l’école John Paul I seront transférés vers l’école Laurier MacDonald, toutes deux situés dans l’arrondissement de Saint-Léonard. « Les parents sont d’accord et contents qu’on ait pris la route de l’injonction, dévoile la présidente de la CSEM, Angela Mancini. Ils savent que leurs jeunes iront à Laurier McDonald s’il n’y a pas de réponse définitive. Si jamais la décision [juridique] n’est pas prise, on sera quand même obligé de faire le transfert. »

Elle a d’ailleurs rencontré les parents des trois écoles concernés mardi soir afin de leur expliquer l’état des lieux et leur indiquer comment se dérouleront les déménagements.

Pour les élèves de l’école General Vanier, rien n’est encore certain cependant. « Les parents voudraient aller à Dante, mais on leur explique que s’ils veulent rester tous ensemble, ils devraient aller à Pierre de Coubertin, parce qu’il n’y a pas suffisamment d’espace pour accommoder tout le monde à Dante, révèle M. Cohen. Après, les parents auront quand même le droit de choisir n’importe quelle école. Ce sera simplement une recommandation. »

Dans la prochaine semaine, les commissaires se rencontreront lors d’une réunion spéciale pour faire leur recommandation finale à ce propos. Par la suite, la CSEM tiendra une période de consultation d’une durée de 30 jours, pendant laquelle les parents pourront donner leur avis sur le sujet.