Montréal

Dalle-parc Turcot: une quarantaine d’organismes craignent que le projet ne voit pas le jour

Dalle-parc Turcot: une quarantaine d’organismes craignent que le projet ne voit pas le jour
Photo: Archives Métro

Alors que la reconstruction de l’échangeur Turcot est bien avancée, une quarantaine d’organismes unissent leurs voix pour demander au gouvernement Legault de dévoiler un échéancier clair pour le projet de la dalle-parc. Cette infrastructure permettrait de désenclaver le secteur pour les piétons et les cyclistes tout en sécurisant leurs déplacements.

La lettre ouverte, mise en ligne mercredi, demande «un engagement clair du gouvernement Legault à financer la construction de la dalle-parc Turcot, et ce, dans le cadre de son mandat actuel».

«Cette passerelle-là est primordiale. En terme de mobilité, elle permettrait de désenclaver ce secteur», a déclaré à Métro Tania Gonzalez, la responsable des enjeux de transport et d’aménagement du territoire au sein du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-MTL), l’organisme à l’origine de cette lettre ouverte. 

Selon les estimations du ministère des Transports du Québec (MTQ), 75% de la reconstruction de l’échangeur Turcot, évaluée à près de 4 G$, a été complétée à ce jour. Le MTQ estime toujours que les travaux devraient être complétés d’ici la fin de 2020.

Bien que la Ville de Montréal ait débloqué l’été dernier 125 000$ pour réaliser une étude de faisabilité sur le projet de dalle-parc de l’échangeur Turcot et que le gouvernement Legault se soit engagé l’automne dernier à réaliser ce projet, aucun budget de la part de Québec n’a encore été annoncé en ce sens. L’étude de la Ville est par ailleurs «toujours attendue», souligne la lettre ouverte.

«On a peur que quand le projet Turcot va terminer, le gouvernement cesse de parler de la dalle-parc.» -Daniel Lambert, porte-parole de la Coalition vélo de Montréal

Ce pont vert, dédié aux cyclistes et aux piétons, enjamberait l’autoroute 20 et des voies ferrées, mettant ainsi fin aux longs détours que les cyclistes et les piétons doivent actuellement effectuer pour circuler entre les arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et du Sud-Ouest. La réalisation de ce projet nécessiterait des investissements de 40 M$, selon le CRE-MTL, qui a recueilli en 2017 plus de 10 000 signatures en faveur de la concrétisation de celui-ci.

«Quand le gouvernement nous dit qu’on n’a pas d’argent pour le transport actif, bien on leur répond qu’on ne demande qu’un pour cent [du financement de la reconstruction de l’échangeur Turcot]», a soulevé Mme Gonzalez. 

«C’est sûr que le fait qu’il n’y ait pas de détails financiers sur la dalle-parc, c’est assez inquiétant.» -Jason Savard, porte-parole de l’Association des piétons et cyclistes de Notre-Dame-de-Grâce

Appelée à réagir en marge d’une conférence de presse mercredi, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a affirmé que la dalle-parc était «absolument nécessaire».

«La dalle-parc, ça fait partie des sujets que je ramène souvent quand je rencontre mes homologues au provincial. […] C’est un autre projet sur lequel on ne va pas lésiner et mettre tous les efforts», a-t-elle dit à Métro

Au mois de juin, l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a publié son rapport sur le projet de parc-nature de 30 hectares répartis sur deux kilomètres que la Ville de Montréal veut réaliser sur le site de la falaise Saint-Jacques. Cet écoterritoire sera situé dans l’espace dégagé par la reconstruction de l’échangeur Turcot. L’OCPM y recommande notamment que plusieurs liens facilitant les déplacements des piétons et des cyclistes soient inclus à cette initiative.

«Je suis très heureuse du rapport de l’OCPM sur le parc-nature, qui inclut la dalle-parc. […] Nous avons plusieurs promesses. Maintenant, c’est le temps d’agir», a lancé la fondatrice de l’organisme Sauvons la falaise, Lisa Mintz, qui milite pour la protection de la falaise Saint-Jacques. 

Détours dangereux
Actuellement, «la coupure vraiment nette» entre plusieurs quartiers que représente l’échangeur Turcot force de nombreux cyclistes du secteur à faire des détours de plusieurs kilomètres pour se rendre au travail en empruntant plusieurs rues très achalandées, a déploré M. Lambert.

«C’est pénible et ce n’est pas du tout sécuritaire», a-t-il affirmé à Métro

Un constat que partage le porte-parole de l’Association des piétons et cyclistes de Notre-Dame-de-Grâce, Jason Savard, qui estime que l’aménagement d’une dalle-parc permettrait par ailleurs de contribuer au développement économique de certains quartiers défavorisés entourant l’échangeur Turcot.

«Ça évite aux piétons d’avoir à faire de longs détours et ça permet d’éviter l’enclavement des quartiers», a pour sa part noté la porte-parole de Piétons Québec, Jeanne-Robin, quant aux impacts qu’aurait la dalle-parc de l’échangeur Turcot.

Toujours à l’étude
Notant que le projet est toujours sous étude, le MTQ a indiqué à Métro par courriel qu’«il est tôt pour préciser un coût et un échéancier, considérant que la solution retenue n’est pas encore connue».

Le porte-parole Gilles Payer a toutefois ajouté que «les travaux ne commenceront pas avant la fin de l’actuel projet Turcot, prévue en 2020».

Plus de 300 000 véhicules empruntent quotidiennement l’échangeur Turcot, situé à l’intersection des autoroutes 15 et 20, ce qui en fait une des infrastructures routières les plus importantes au Québec.